Miroir de nos peines

Miroir de nos peines

Pierre Lemaitre

Albin Michel

  • par (Libraire)
    7 février 2020

    Le troisième volet de cette trilogie est une grande réussite.
    Une fois encore, Pierre Lemaître nous raconte avec maestria la Grande Histoire de France dans laquelle une multitude de "petites histoires" vont venir s'imbriquer, se percuter, se compléter.
    On se prend alors à rêver d'une nouvelle trilogie qui débuterait en 1945 et nous emmènerait jusqu'à nos jours agités.


  • 30 janvier 2020

    débâcle

    Force m’est de constater en refermant ce troisième et dernier tome de la trilogie de l’entre-deux-guerres, que ma lecture a été un peu laborieuse.

    Je me faisais pourtant une joie de retrouver la plume de l’auteur : quel personnage allait être développé ? Quel rocambolesque sort attendait les personnage ? de quoi l’auteur allait me parler ?

    Il est vrai que j’ai déjà beaucoup lu sur La ligne Maginot, et je n’ai pas retrouvé au début du roman l’idée que je m’en faisais.

    L’enquête de Louise m’a paru à la fois longue et rapidement réglée. Avec un happy end déroutant.

    J’ai aimé le personnage de M. Jules, patron de bistrot avec le coeur sur la main.

    A ce propos, en ces temps incertains et troublés, beaucoup de personnages, certes secondaires, du roman ont le coeur sur la main. Je n’aurai pas parié la dessus – mon côté optimiste, sans doute.

    J’ai aimé le trublion caméléon à la verve toujours à propos. Je me demandais à chaque fois dans quel situation j’allais le retrouver.

    Des personnages attachants, il est vrai, mais un roman qui manque de concision, et qui m’a donné l’impression que l’auteur tirait à la ligne.

    J’ai toutefois apprécié d’apprendre certains détails de cette fameuse débâcle : la Banque de France qui brûle ses billets ; la déroute de l’armée qui ne sait pas où envoyer ses hommes.

    J’ai souris avec les maximes de l’Armée reprise par Raoul pour se donner du coeur à l’ouvrage.

    J’ai aimé le parallèle entre les réfugiés de la débâcle et les réfugiés actuels. « Il prétend que ces gens ont des droits ! En pleine guerre, quel con ! p.501

    J’ai aimé que Ferdinand transporte avec lui le troisième tome des Mille et une Nuits : des histoires rocambolesques pour tenir le sultan éveillé.

    Toutefois, j’ai connu l’auteur plus percutant.

    L’image que je retiendrai :

    Celle très visuelle des files de fuyards sur les petites routes de France.

    https://alexmotamots.fr/miroir-de-nos-peines-pierre-lemaitre/


  • par (Libraire)
    23 janvier 2020

    Encore un pur régal !

    Pierre Lemaître clôt ici sa trilogie des « Enfants du désastre » après Au revoir là-haut et Couleurs de l’incendie.
    Se déroulant entre avril et juin 1940, Miroir de nos peines nous raconte la drôle de guerre, la débâcle puis l’exode à travers les histoires de Louise, Gabriel, Désiré et Raoul.
    Encore un pur régal !


  • par (Libraire)
    23 janvier 2020

    Encore un pur régal !

    Pierre Lemaître clôt ici sa trilogie des « Enfants du désastre » après Au revoir là-haut et Couleurs de l’incendie.
    Se déroulant entre avril et juin 1940, Miroir de nos peines nous raconte la drôle de guerre, la débâcle puis l’exode à travers les histoires de Louise, Gabriel, Désiré et Raoul.
    Encore un pur régal !
    Anne-Lise, Elise, Manon


  • par (Libraire)
    21 janvier 2020

    Si vous commencez ce troisième et dernier opus de cette formidable trilogie vous n'aurez de cesse de le retrouver le plus vite possible. En effet, Pierre Lemaitre maitrise l'art du roman feuilleton comme personne. Il sait tenir son lecteur en haleine et le plonger avec force dans cette époque (1940) qu'il restitue avec talent. Son récit plein de verve et de ferveur nous fait vivre le pire et le meilleur de cette période ambiguë, trouble, propice aux héros en tout genre.
    Ses personnages sont vrais , touchants, tellement humains, on aurait presque envie de les connaitre , de les rencontrer.
    Plaisir de lecture assuré pour ce troisième et dernier volume qui clôt une trilogie remarquable d'intelligence romanesque.
    A conseiller sans modération


  • 19 janvier 2020

    Le roman de l'exode

    En 2006, à 55 ans, Pierre Lemaitre réalisait enfin son rêve de toujours :
    écrire. Premier polar, premier succès, un avant-goût de l’ampleur du phénomène
    qui allait s’abattre sur les librairies française quelques années plus tard,
    et s’intitulait « Au revoir là-haut ». Un Goncourt plus tard, le romancier
    pouvait se vanter d’avoir atteint son premier million d’exemplaires vendus.
    Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, alors qu’il s’amusait tant ? Ce sera «
    Couleurs de l’incendie » puis, aujourd’hui, « Miroir de nos peines » qui clôt
    la trilogie.

    Pierre Lemaitre aime les « bad boys », les garçons sans foi ni loi, pas
    antipathiques, mais prêts à tout pour s’enrichir, et surtout à faire le mal
    pour le mal. Pour rien, juste pour le plaisir.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    15 janvier 2020

    Pierre Lemaitre clôt sa trilogie sur l’entre 2 guerres de façon magistrale ! Nous suivons Louise, Gabriel, Raoul, Fernand et Alice dans leurs tribulations en plein exode de juin 1940. Des personnages attachants, d’autres troubles, des rebondissements, des magouilles : tout ce qu’il faut pour passer un formidable moment de lecture !
    Valérie


  • par (Libraire)
    11 janvier 2020

    LA DEBACLE DE 1940 VUE DE L'INTERIEUR

    Ce roman clôt la trilogie de l'entre 2 guerres. Du 6 avril au 13 juin
    1940, nous suivons 4 personnages sur fonds de la débacle historique.
    Louise, institutrice, Raoul le soldat insoumis qui réalise des trafics, Fernand
    policier qui doit conduire une centaine de prisonniers de leur prison à un
    camp et Désiré l'homme qui se fait passer pour un prêtre ! Héros attachants
    tragédie et comédie mélangés adroitement comme toujours !