Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 85 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

Gilda F.

12,50
par (Libraire)
13 juin 2015

Bref ouvrage dense composé de trois histoires dont le lien est la mer.
Celle d'Irène qui ouvre le bal raconte une adolescente qui semble née des flots, que les dauphins en tout cas ont sauvée et qui attend un enfant sans doute issu de l'océan. On est dans une sorte de conte mais concret, intemporel mais très contemporain. Chez Erri de Luca c'est possible.
Il y a une poétique de la natation.
La deuxième histoire serait celle d'Aldo de Luca, père de l'auteur, fuyant une fin de guerre avec quatre soldats, et d'un vieil homme juif que les plus jeunes vont aider à se sauver. A la rame ils tentent de gagner Capri. Il est question des différences culturelles de perception des choses et de l'entraide possible.

Enfin, le dernier récit met en scène un vieillard pauvre qu'une fin d'hiver met à rude épreuve. Il est devenu un poids pour les siens. La proximité de la mer lui accordera une ultime épiphanie.

Le ton des trois récits est très différent tout en restant typique de la densité poétique de l'écriture d'Erri de Luca. Longtemps après qu'on a fermé le livre, Irène tient compagnie, indéniablement.

Éditions de L'Olivier

16,00
par (Libraire)
12 juin 2015

Quelle bonne nouvelle que ce prix du Livre Inter pour l'émouvant "Jacob, Jacob" de Valérie Zenatti qui avait eu un respectable succès à l'automne mais qu'on aurait préféré plus conséquent. Le prix va sans doute lui offrir cette seconde chance qu'il méritait.

C'est l'histoire de Jacob et d'une famille qui perd à la guerre l'un des siens. Ils vivent en Algérie, il part pour défendre en juin 1944 la France. On sait qu'il va mourir. Sans chercher à jouer sur le suspens, sans chercher à jouer sur l'apitoiement, tout en délicatesse mais sans non plus masquer la brutalité de l'existence de soldat, même pour ceux dont la vie quotidienne en temps de paix est rude, ce roman parle de Jacob mais de chacun d'entre nous. Ce que nous laissons aux autres, ce qu'ils en font.
Ce livre possède un étrange sortilège d'épaisseur : il semble bref et lorsqu'on souhaite en parler à quelqu'un on s'aperçoit qu'il contient énormément d'éléments, de vie, et de sujets.

par (Libraire)
6 juin 2015

C'est avant tout l'histoire d'Eivor, née en Suède pendant la guerre, 18 ans au tout début des années 60. Mais aussi de sa mère, Elna et la grand-mère avant elle puis ses propres enfants. Elles sont d'un milieu ouvrier et poursuivies par cette malédiction et cette grâce des femmes de porter les enfants, qu'elles l'aient voulu ou non. Intelligentes et tenaces, elles doivent sans cesse lutter pour trouver une place au monde qui ne soit pas limitée qu'aux rôles domestiques et mécaniques où la société souhaite les cantonner.
Ce roman publié en Suède en 1982 fut l'un des sept premiers d'Henning Mankell. Il est remarquablement prémonitoire de certains mouvements de fond de notre société, pas si différente en Suède qu'en France.

Ce roman réaliste est bouleversant. Il est si rare de lire un livre écrit par un homme et si bien ressenti du point de vue des femmes.

Primo

1

Gallimard

par (Libraire)
30 mai 2015

Excellent thriller technologique : la guerre telle qu'elle se pratique maintenant, sans complaisance ni concession. On est à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan, les mercenaires qui travaillent pour les Etats-Unis et leurs alliés s'équipent et combattent avec le soutien aérien de drones, les chefs de guerre locaux défendent leur honneur et leurs traditions. Un journaliste canadien tente de mener l'enquête sur un trafic de drogue(s) qui mêle tous les degrés de complicités locales comme internationales. A Paris deux femmes se rencontrent et ce n'est pas un pur hasard.

Brillant, captivant, tenu de main de maître : pour qui n'a pas peur de se laisser embarquer sans tout comprendre d'emblée, ce livre est époustouflant.

par (Libraire)
29 mai 2015

Comme "Le rouge et le noir" mais sur un mode contemporain, il s'agit du roman d'une ascension sociale au mérite d'un être ambitieux et très doué, qui chutera peu après avoir atteint les sommets. L'issue malheureuse n'est pas un secret, indiquée dès le premier chapitre, mais une fois qu'elle est posée, reste à comprendre ce qui s'est joué. Juliette est issue d'un milieu modeste, père français mère venue d'un peu plus loin, elle est d'une grande beauté qui fait d'elle une séductrice. Des amitiés scolaires débouchent sur des amours avec un homme plus âgé, qui dans un premier temps la prendra sous sa protection, mais dont les circonstances la feront s'émanciper. Au passage elle participera à quelques malversations politiques puis bancaires, presque en toute innocence, pour se faire bien voir, pour aider.

Bon roman sur l'air des temps, style élégant, presque un peu trop, vocabulaire subtil, personnages ambigus, mais narration linéaire à partir du début de sa confession d'une enfant de ce nouveau siècle.