Chère cliente, Cher client, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre Drive Richer pour le retrait de vos commandes pour les articles disponibles en stock (point vert). Le retrait se fera à la porte de la librairie, 8 rue Chaperonnière, les mercredi et samedi de 10h00 à 12h00 . La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

Michèle F.

Dévoreuse de livres passionnée !

Le Sacrifice des dames
5 septembre 2017

Echec et mat

J'aime bien l'idée de construire un roman autour du jeu d'échecs, c'est original et stratégique à souhait. J’ai démarré cette lecture avec enthousiasme, mais j'ai été rapidement agacée par Judit, personnage aussi cupide et avide de pouvoir que ses parents qu’elle rêve d'ailleurs de trucider. Elle n’est pas pour moi une héroïne exceptionnelle et j’avoue que je n’ai pas envie de la suivre dans ses délires de destruction et d’autodestruction, et cela même si l’auteur écrit fort bien.

Le coeur battant de nos mères
5 septembre 2017

Premier roman réussi...

Nadia est belle et intelligente, elle va entrer à l'Université, elle a 17 ans et la vie s'ouvre à elle comme un cadeau... Sa mère se tire une balle dans la tête, Nadia est enceinte, Luke paie, mais se détourne. La vie est un drame. A travers cette histoire fort bien contée, avec tendresse et humour, c'est celle des femmes que je lis entre les lignes, celles des mères qui veulent éviter à leurs filles de rencontrer des salauds...
« Mais, les filles n’écoutent pas leur mère, jamais. » Et pourtant, la grande leçon de ce roman (1er roman écrit par une jeune diplômée de littérature âgée de 27 ans et salué par la critique américaine) c’est justement qu’il faudrait s’inspirer des messages de nos mères pour ne pas faire les mêmes erreurs qu’elles.

Le décor : la communauté noire et religieuse du sud de la Californie, trois personnages s’aiment, se déchirent, s’admirent, se détestent mais toujours se cherchent au détour d’un secret dévoilé en tout début de texte. Durant une dizaine d’années, nous suivons les sentiments et les errances de Nadia, Luke et Aubrey : Nadia a eu une brève relation avec Luke avant de devenir la meilleure amie d’Aubrey qui épousera quelques années plus tard Luke (qui ignore les liens qui unissaient Nadia et Luke). Enceinte, Nadia avait fait le choix de l’avortement et ce secret a changé le cours de sa vie, celle de Luke, puis d’Aubrey. Amour et amitié, où commence l’un, où finit l’autre ?
Mais au-delà de cette situation tragique et vécue comme telle par nos trois personnages, mais également toute une communauté bien pensante, c’est le destin des filles et des femmes qui subissent depuis des générations le pouvoir des hommes, mais également l’hypocrisie de la société, sans réellement trouver de réponses à leurs questions. Luke est fils de pasteur mais ses parents paient pour l’avortement. Et tout autour de ce secret, plus ou moins bien gardé, chacun ira de son commentaire. Si l’histoire est contemporaine, on sent bien que de vieilles croyances sont toujours bien présentes. Se greffe également sur le texte, le sujet glaçant du racisme mais sans être réellement développé par l’auteur, peut-être volontairement n’est-il qu’effleuré ?
Ce qui me touche tout particulièrement, c’est au final la solitude implacable de Nadia, belle et rebelle, mystérieuse, avocate reconnue qui multiplie les aventures amoureuses mais sera toujours en quête de comprendre pourquoi sa mère s’est suicidée et l’a abandonnée.

Un loup pour l'Homme
5 septembre 2017

Superbe !

On entre dans ce roman à petits pas, on sent qu’il va se passer quelque chose et on retient son souffle, le tragique n’est jamais loin. Antoine est infirmier en Algérie en 1960, infirmier parce qu’il pensait ainsi échapper à la guerre mais il se retrouve face à la mort et à la blessure des corps. Lui, ce gamin qui bientôt sera papa et qui aime si tendrement Lila. Alors, il se bat et me bouleverse par sa candeur et son courage.

Trois chapitres qui portent chacun un prénom : Antoine bien-sûr, Lila la femme aimée qui porte l’enfant et Oscar (l’ami, la conscience ou le fantasme d’Antoine) l’homme blessé dans son corps et son âme. Oscar qui a rencontré le loup et porte un lourd secret en même temps qu’une culpabilité qui lui interdit la parole, mais aussi le retour vers la femme qui l’attend en France.
Le quatrième personnage, celui qui ne mérite pas d’être nommé, mais est omniprésent, c’est la guerre et sa folie. Les mots qui parlent de l’Algérie pourraient s’appliquer à n’importe quelle contrée où l’homme tue son semblable pour une cause ou sans raison, où chaque jour est un combat pour la survie. « L’homme est un loup pour l’homme », disait Thomas Hobbes et c’est toute la puissance de cette absurdité qui prend forme dans ce texte.
Antoine prend conscience peu à peu du rôle qu’il a à jouer dans cette aventure grotesque et à laquelle il ne s’attendait pas, comme tous ces gars partis de chez eux et qui découvrent la vérité sur le sol algérien. La guerre dans ce pays magnifique que Brigitte Giraud décrit si bien et avec amour, les couleurs, les odeurs, les visages.
Ce roman magnifique, à la fois ardent et pudique, raconte tout cela : la peur, le désir, l’amitié, l’enfant qui naît quand tant de jeunes tombent sous les coups et les balles, le sentiment d’être utile ou celui de ne pas être à sa place, la tentation de s’imaginer capable de sauver l’autre.
Un roman parfaitement bien maîtrisé où chaque mot a sa place, où chaque situation décrite crée l’émotion. Une très belle réussite.

L'Air de rien

Kureishi, Hanif

Christian Bourgois

17,00
1 septembre 2017

Troublant ...

"La vieillesse est une nouvelle enfance" dit le personnage principal, au seuil de la mort. C'est également le moment tragique où il faut se détacher de ses biens, de ses amours, de ses rancœurs. Mais, peut-on réellement oublier le contact des corps, le désir qui fait monter la fièvre, le sexe de la femme aimée, l’odeur de l’amour ?
"L'air de rien" est un texte troublant qui évoque cela avec cruauté et humour, d'un ton mordant et sans aucune concession. L'auteur n'hésite pas à employer les mots qui parlent pour décrire ce qu'il ressent intimement, dans sa jalousie face à cette jeunesse vaine et prétentieuse qui lui volera ses dernières illusions.
Un roman troublant, dans son sujet et dans son écriture.

Retourner à la mer
1 septembre 2017

Des nouvelles

Triste, gai, touchant, émouvant, curieux ... ce recueil de nouvelles, lu et relu durant cet été, me laisse un sentiment de sucré-amer plutôt agréable.

Une belle écriture, un style séduisant et distingué que j'aimerais trouver dans un roman. Tel est mon souhait !