Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 95 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

Jean T.

https://lecturesdereves.wordpress.com/

https://lecturesdereves.wordpress.com/

21,50
Conseillé par (Libraire)
23 août 2012

"Lisez ce livre" pourrait être tout ce qu'il y a à dire à propos de ce roman !
L'aventure du jeune marocain se déroule sur un fond d'actualités récentes (les révoltes arabes, les Indignés, et même l'élection présidentielle en France). C'est un point de vue oriental sur la dissolution du monde arabe et de l'Europe. Lui vit, tente sa chance, subit des coups du sort, mais, au final, s'oppose à la destruction.
Même si la compagnie des livres offre des apaisements temporaires et un peu d'espoir, c'est un roman d'un noir intense.
Un beau roman, vraiment !

Liana Levi

Conseillé par (Libraire)
20 août 2012

Un nouveau genre de roman social

D'acier est le roman d'apprentissage de jeunes et très belles adolescentes, débordant de vitalité, qui se vouent une amitié totale.
D'acier décrit des hommes machos, obsédés, voyous, buveurs, irresponsables, qui semblent n'être que de la force de travail.

D'acier est le portrait sombre d'une banlieue délaissée et miséreuse, d'une usine où les hommes travaillent comme des bêtes et, parfois, perdent leur vie.
D'acier est un livre de paysages. On y décrit un coin de Toscane, la présence de la Méditerranée, la plage, l'île d'Elbe au loin, mais aussi la cité ouvrière, l'usine qui mange l'énergie des hommes.
D'acier aurait pu être un roman fouillis à jouer sur trop de tableaux. A sa façon -et malgré quelques clichés- c'est un roman social qui dépeint une société en voie de dégénérescence. Silvia Avallone excelle à décrire l'adolescence, des sensations, l'amitié des filles et leurs jeux, la fascination de la beauté, l'enfermement des femmes, la violence, l'absence d'espoir.
L'écriture est vive, rapide, stylée. Le livre peut vous happer et vous tenir en haleine jusqu'à la fin.

Anne-Marie Métailié

Conseillé par (Libraire)
29 juillet 2012

Meurtre d'un enfant

Au départ, c'est un fait divers qui choque forcément le lecteur : l'assassinat d'un enfant. Qui plus est, d'un enfant poli, sensible, bon élève. L'enquête se traîne en longueur parce qu'il y a trop de fausses pistes. Si ce petit Thaïlandais a été l'objet d'un crime raciste, qui l'a tué ? Un professeur qui n'aime pas les étrangers ? Un clochard ? Des vendeurs de drogue ?

Le commissaire Erlendur mène l'enquête. Il cherche, observe, réfléchit. Il mène sa vie, aussi, qui n'est pas toujours simple. Aussi avons-nous un bel aperçu de la vie dans ce pays où il fait si froid. Et juste quelques pages avant la fin, l'énigme se dénoue.
Justement, comme on ne peut imaginer qui a commis ce crime, on ne lâche pas ce roman...

8,30
Conseillé par (Libraire)
29 juillet 2012

Dur travail...

Georges Navel (1904-1993) a écrit ce livre en 1945. Il a fait de nombreux emplois : ouvrier d'usine chez Citroën, Berliet et Renault, terrassier, jardinier, les foins, la récolte du sel, la cueillette des fruits et de la lavande, les vendanges...

Il ne cache pas la dureté du travail et de sa vie de travailleur manuel, que gagner sa vie est difficile, que les patrons exploitent et parfois méprisent leur main-d'oeuvre. Mais quel que soit le travail, il aime qu'il soit bien fait, il recherche la perfection du geste. Il observe ses semblables et la nature qui lui procure un équilibre, une joie de vivre.

C'est un livre passionnant, parfois émouvant, une irruption dans un monde qui n'existe plus tel qu'il est raconté. C'est une belle rencontre d'un homme qui force au respect.
Je vous recommande vivement cette lecture.

Conseillé par (Libraire)
26 juillet 2012

Un "vrai" beau livre...

Ars sacra est un livre exceptionnel. Déjà sa taille, le poids et le nombre de pages illustrées en couleurs seraient suffisants pour imposer le respect ! Mais c'est surtout la qualité des photographies qui permet de découvrir et d'être impressionné par la richesse et la beauté de l'art chrétien de la fin de l'Antiquité à nos jours, qu'il s'agisse des églises et cathédrales, de la peinture ou des objets.

Le texte n'est pas en reste. Il a été rédigé par des historiens de l'art et des universitaires sous la direction de Rolf Toman, un auteur expérimenté. Le photographe, Achim Bednorz, a parcouru 150.000 kilomètres en Europe et au Proche-Orient. Le travail d'élaboration a duré 5 ans. Enfin l'objet-livre lui-même conçu par Sabine Vogt, est d'une manipulation agréable malgré sa taille.

Même s'il n'est pas anodin (150 €), le prix de cet ouvrage d'exception n'est pas à la hauteur de sa valuer.