Dernier commentaire

Eléna et les joueuses
par (Libraire)
17 septembre 2019

Dans ce roman qu’elle publie après onze ans de silence littéraire, Lolita Pille narre l’histoire d’Eléna, une jeune femme qui va à la rencontre de son fiancé, Ismaël, à la gare de Lyon.
Elena a arrêté le tennis qu’elle pratiquait comme sportive professionnelle de haut niveau. Subitement démotivée, n’ayant plus le goût de l’effort, n’ayant plus envie d’être toujours la rivale d’une autre, elle a arrêté sans se poser la question de son avenir. "Favorisée comme je l’étais, si j’avais réussi, je ne l’aurais pas dû à mes seuls mérites, par contre, je peux me glorifier de devoir mon échec à ma propre inconsistance".
Pendant une journée très chaude, alors que se déroulent des manifestations, elle discute avec ses amies pour savoir comment éponger ses énormes dettes en gagnant facilement et rapidement de l’argent. Eléna a été recueillie par une famille très aisée, les Chèvreloup, dont le nom aimante les discussions des filles. Elles vouaient une grande admiration à Catherine Chèvreloup qui a disparu sans donner de raisons ni de nouvelles. Une rumeur dit que "Catherine ne fait plus partie de cette famille", qu’elle a été bannie, une autre prétend "qu’elle vit chez Loulou, en Californie"… Eléna, qui a été très proche de Catherine, est restée blessée, déçue et amère face à la disparition de la sœur d’Ismaël, son désormais fiancé. En arrivant avec lui dans sa famille, elle saura ce qu’est devenue Catherine…
Il n’y a pas de début dans ce livre, le lecteur est jeté dans l’histoire dès la première phrase et découvrira peu à peu les personnages du roman. Il décrit un monde où les êtres humains se cachent derrière des apparences, où la richesse indique une vie réussie, où la vérité n’est pas dite, où des rumeurs en tiennent lieu et place, où la violence est de règle, un monde infernal de solitude et de dépendances.
L’écriture de Lolita Pille est singulière. Il y a à la fois des discussions de filles quasiment retranscrites en mode oral, des références littéraires, des évocations bibliques, des descriptions très littéraires et stylées. L’esthétique du texte est à la fois moderne, classique et même antique.
Cette écriture finalement très moderne est assez déroutante et ne plaira pas à tous les lecteurs. Mais nul doute que l’auteur de "Hell", énorme succès que la critique a encensé puis violemment critiqué, qu’elle a publié lorsqu’elle avait dix-sept ans, est bien une écrivaine.

Dernier ajout à des listes