On achève bien les hommes, De quelques conséquences actuelles et futures de la mort de Dieu
EAN13
9782207256619
ISBN
978-2-207-25661-9
Éditeur
Denoël
Date de publication
Collection
Médiations
Nombre de pages
360
Dimensions
22 x 14 x 2 cm
Poids
590 g
Langue
français
Code dewey
211.609
Fiches UNIMARC
S'identifier

On achève bien les hommes

De quelques conséquences actuelles et futures de la mort de Dieu

De

Denoël

Médiations

Offres

D'où vient cet extraordinaire besoin de croyance qu'on retrouve toujours et partout chez les hommes ? L'auteur s'interroge en examinant ces figures historiques du divin qui vont du Totem au Peuple et au Prolétariat en passant par la Physis des Grecs et bien sûr, le Dieu des monothéismes. Il trouve une raison dans le «réel», à cette propension irrésistible à s'aliéner à l'Autre. L'homme, en effet, est un être inachevé.De ce manque dans sa nature, évoqué par tant de penseurs de Platon à Lacan, la science apporte aujourd'hui la confirmation avec la théorie de la néoténie, qui montre que l'homme, à la naissance est un prématuré. Voilà pourquoi, pour opérer sa subjectivation, il a besoin d'inventer des êtres surnaturels auxquels il veut croire comme s'ils existaient vraiment.Mais que se passe-t-il quand, comme aujourd'hui, on assiste à la «mort de Dieu», annoncée par Nietzsche il y a un siècle. L'être humain, s'il n'est plus aliéné à un Autre, est-il désormais condamné à la surenchère désespérée et désespérante des fondamentalismes, à la dépression face à un monde désymbolisé ou encore à la tentation de se recréer mieux achevé, avec l'appui des technosciences ? Sommes-nous ainsi en marche, au milieu du chaos religieux et de la déprime galopante, vers une post-humanité ?
Dany-Robert Dufour, philosophe, professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris-VIII, directeur de programme au Collège international de philosophie, enseigne régulièrement à l'étranger, en particulier au Brésil et au Mexique.
S'identifier pour envoyer des commentaires.