Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 95 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

La nature de l'injustice - Racisme et inégalités environneme
EAN13
9782897198763
ISBN
978-2-89719-876-3
Éditeur
Écosociété
Date de publication
Nombre de pages
278
Dimensions
21,6 x 14 x 2,1 cm
Poids
356 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

La nature de l'injustice - Racisme et inégalités environneme

Écosociété

Offres

Les discriminations que subissent les communautés pauvres, marginalisées ou racisées sont souvent abordées sous l’angle de l’emploi ou du logement. Mais qu’en est-il du fardeau que ces communautés doivent porter en matière d’injustices environnementales ? Si l’exploitation de la nature est toujours allée de pair avec l’exploitation des êtres humains, les textes rassemblés dans ce livre explorent les impacts démesurés des changements climatiques et de la pollution sur ces communautés.

Les exemples, aussi bien d’hier que d’aujourd’hui, ne manquent pas. Les concentrations de polluants organiques persistants (POP) sont 2 à 11 fois plus élevées chez les Inuit que chez les personnes vivant dans le sud du Canada. Des dépotoirs ont été implantés à proximité des communautés noires en Nouvelle-Écosse. Le territoire du Québec est constellé de plus de 275 000 titres miniers couvrant une superficie supérieure à celle de la Grèce et de 127 autres pays, empiétant ainsi sur les droits constitutionnels des Autochtones. Les « gens du voyage », en France, sont forcés de vivre dans des aires d’accueil situées proches d’usines et de grands axes routiers. Toutes ces discriminations économiques et raciales ne sont pas le fruit du hasard, elles découlent de systèmes politiques et juridiques fondés sur le capitalisme et le colonialisme.

La justice environnementale est une entreprise qui concerne tous les pays et toutes les générations. Saurons-nous enfin renouer avec la règle sacrée des peuples autochtones selon laquelle « il ne faut pas prendre trop » à la Terre ? C’est une question d’équité intergénérationnelle et de responsabilité face à l’avenir.

Avec des textes de Severn Cullis-Suzuki, Sabaa Khan et Catherine Hallmich, David Suzuki, Katsi’tsakwas Ellen Gabriel, Lisa Koperqualuk, Ingrid Waldron, Yvan Pouliot, Jérôme Dupras, May Chiu et Shi Tao Zhang, Breanne Lavallée-Heckert et Jennifer Gobby, Shannon Chief, Rodrigue Turgeon, Naolo Charles, Thibaut Schepman, Noémi Tousignant et Nick Bernards, William Acker, Robert Moyer et Veronica Eady.
S'identifier pour envoyer des commentaires.