Pendant le confinement, pas de pénurie de lecture avec La librairie Richer !

Choisissez vos titres parmi nos 75 000 références disponibles sur notre site Internet cliquez et retirez votre commande gratuitement entre10h-13h et 14h/17h, du lundi au samedi au Rayon Presse (entrée rue Montault).

Les rayons presse et papeterie restent également ouverts du lundi au samedi, entre 10h-13h et 14h-17h.

Bon courage à tous!

Femmes criminelles de France
EAN13
9782812927058
ISBN
978-2-8129-2705-8
Éditeur
De Borée
Date de publication
Collection
HISTOIRE ET DOC
Nombre de pages
400
Dimensions
17 x 10 x 1 cm
Poids
214 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Femmes criminelles de France

De Borée

Histoire Et Doc

Offres

Le crime au féminin est plus rare que celui perpétré au masculin. Il concerne une minorité des crimes de sang jugés chaque année depuis plus d'un siècle et demi dans notre pays. Avant l'abolition de la peine capitale en 1981, la criminelle est également beaucoup moins condamnée à mort. Et quand
elle l'est, la grâce lui est le plus souvent accordée. Parfois, à l'issue de son procès, même si la preuve du crime a été admise par les jurés, elle sort libre du tribunal, car déclarée non coupable. Il y a donc une singularité de la perception de la criminelle par la société. Serge Cosseron et Jean-Marc Loubier dressent pour nous le portrait de « femmes criminelles » qui tuèrent par jalousie, cupidité, vengeance, désespoir ou calcul, pour des raisons personnelles ou politiques, ou bien encore sur un coup de folie,
de la moitié du XIXe siècle aux années 1990. S'appuyant sur des archives judiciaires, des récits, des témoignages, des rapports d'expertises médicales et psychiatriques, ils font oeuvre d'historiens en explorant dans sa crudité et sa violence cet univers du crime qui ne cesse, aujourd'hui encore, de
fasciner et d'intriguer.
Dans cet ouvrage, nous croiserons des femmes dont les noms restent gravés dans nos mémoires, comme Simone Weber, condamnée pour avoir tué son ancien amant, les soeurs Papins, ayant commis d'un double meurtre sur leurs patronnes, Violette Nozière, parricide et empoisonneuse, ou
Marie Besnard, la « bonne dame de Loudun », mais également beaucoup d'autres dont on avait jusque-là oublié les forfaits...
S'identifier pour envoyer des commentaires.