Pendant le confinement, pas de pénurie de lecture avec La librairie Richer !

Choisissez vos titres parmi nos 75 000 références disponibles sur notre site Internet cliquez et retirez votre commande gratuitement entre10h-13h et 14h/17h, du lundi au samedi au Rayon Presse (entrée rue Montault).

Les rayons presse et papeterie restent également ouverts du lundi au samedi, entre 10h-13h et 14h-17h.

Bon courage à tous!

DANS LES FORETS, Roman
EAN13
9782940628322
ISBN
978-2-940628-32-2
Éditeur
Éditions des Syrtes
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
1100
Dimensions
23 x 15 x 4 cm
Poids
1212 g
Langue
français
Langue d'origine
russe
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres



« Où n’ai-je pas eu l’occasion d’aller ? Dans les forêts, dans les montagnes, dans les marais, dans les mines, dans la soupente du paysan… Et où que j’aie été, quoi que j’aie lu ou entendu, je me souviens de tout avec netteté. Il m’est venu l’idée d’écrire… et j’ai commencé à écrire “de mémoire comme à livre ouvert”… Voilà tout. » Melnikov nous apprend ainsi comment est née cette vaste fresque, considérée comme l’un des monuments de la littérature russe.

Pavel Melnikov-Petcherski décrit les mœurs des vieux-croyants riverains de la Volga au milieu du XIXe siècle. Il est allé lui-même aux sources, ses personnages sont peints d’après nature. L’abbesse Manefa et Flenouchka ont existé. Et Patap Maximytch a pour prototype un millionnaire de Nijni-Novgorod, protecteur du raskol, schisme qui éclata au XVIIe siècle, sous Alexeï, père de Pierre le Grand.

L’ouvrage est composé comme un poème épique, séparé en chants. L’action se déroule entre Noël et la Pentecôte, et l’auteur y décrit les travaux de printemps où les usages chrétiens et païens sont curieusement mêlés. Les personnages sont hauts en couleur : privilégiés du raskol, paysans richissimes qui tiennent entre leurs mains toute la navigation de la Volga, abbés, maîtres de maison diligents, mais aussi artisans et paysans, abbesses et novices, et tout le peuple des errants, des vagabonds, des pèlerins, « n’ayant pas de ville dans le présent, cherchant celle des Temps à venir ».

Tous ces destins s’enchevêtrent et là-dessus vient se greffer un poème de l’abondance, un hymne à l’amour, à la nature, à la joie de vivre.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Sylvie Luneau