Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 85 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

La conspiration Jeanne d'Arc, 1, CONSPIRATION JEANNE D'ARC (LA) - histoire
EAN13
9782812923227
ISBN
978-2-8129-2322-7
Éditeur
De Borée
Date de publication
Collection
HISTOIRE ET DOC
Séries
La conspiration Jeanne d'Arc (1)
Nombre de pages
352
Dimensions
22 x 13 x 3 cm
Poids
520 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

1 - CONSPIRATION JEANNE D'ARC (LA) - histoire

De Borée

Histoire Et Doc

Offres

Autre version disponible

Jeanne d'Arc n'était pas celle que l'on décrit depuis des siècles dans les manuels scolaires. Elle était en réalité la demi-sœur de Charles VII. La falsification des documents officiels a été démontrée. La femme la plus puissante de France, étrangement négligée par tant d'historiens réputés, Yolande d'Aragon, future belle-mère du roi Charles VII, la fit enlever au berceau afin de préserver la dynastie des Valois, que menaçait d'exterminer le redoutable Jean sans Peur, duc de Bourgogne. Sur ces bases, Gérald Messadié a reconstitué la véritable histoire d'un personnage légendaire, car l'admiration pour l''héroïne n'exclut aucunement la recherche historique. Dans ce premier tome, tout en faisant revivre le quotidien de l'époque, l'auteur démontre que Jeanne ne fut jamais bergère, mais fut très tôt préparée à sa mission par les héritiers des Templiers, les Chevaliers de Sion. Ainsi s'expliquent, par exemple, sa maîtrise de la langue et l'assurance avec laquelle elle interpelle maints grands personnages, dont le duc de Bourgogne lui-même. Seuls les amateurs de l'imagerie d'Épinal pourraient croire encore que « la petite bergère » sut revêtir une armure le jour même de son arrivée à Chinon, chez le Dauphin
Charles, et défaire le duc d'Alençon en tournoi singulier. Soutenue par Yolande d'Aragon, elle parvint à rendre son courage au Dauphin que ses parents, un roi atteint de démence et une reine notoirement dévergondée, avaient désavoué au profit des Anglais pour
prétendue « bâtardise ». Car la puissante organisation financière bâtie par les Templiers trois siècles plus tôt, et dont Yolande d'Aragon était la cheville centrale, exerçait toujours son influence. Ce fut elle qui assura durant des années les frais du « petit roi de Bourges » pour mobiliser de vastes armées et contrecarrer les tentatives anglaises d'occuper la
France. Depuis son ouvrage sur la vie de Jésus, L'homme qui devint Dieu (plus
de 3 000 000 exemplaires vendus en comptant les traductions), l'œuvre historique de Gérald Messadié, sur le comte de Saint-Germain, L'homme qui ne voulait pas mourir, sur Joséphine, l'obsession de Napoléon, ou sur la dernière impératrice de Chine, Tseu-Hi, L'impératrice fatale, a témoigné infailliblement de sa conviction qu'en histoire, rien n'est
jamais définitivement acquis.
S'identifier pour envoyer des commentaires.