Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 95 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

L'invention de la technologie, Une histoire intellectuelle avec André Leroi-Gourhan
EAN13
9782130833963
Éditeur
PUF
Date de publication
Collection
Hors collection
Langue
français
Langue d'origine
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'invention de la technologie

Une histoire intellectuelle avec André Leroi-Gourhan

Puf

Hors collection

Livre numérique

  • Aide EAN13 : 9782130833963
    • Fichier EPUB, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    19.99

  • Aide EAN13 : 9782130848073
    • Fichier PDF, avec DRM Adobe
      Impression

      Impossible

      Copier/Coller

      Impossible

      Partage

      6 appareils

      Lecture audio

      Impossible

    19.99

Autre version disponible

La technologie, entendue comme la discipline qui étudie les techniques, prend
son essor au XXe siècle, grâce notamment à l'apport décisif d’André Leroi-
Gourhan. Son œuvre foisonnante atteste d'une certaine « indiscipline » dans
ses approches et ses thématiques. Aux côtés de ses démarches expérimentales et
documentaires, il s'entoure de mots-clefs et de concepts tels la « tendance »,
l'« élan vital » ou la « libération ». Dans un premier temps, Leroi-Gourhan
s'investit dans l'étude des « civilisations matérielles », fondée sur les
objets, sous l'influence de Marcel Mauss et de Paul Rivet. Une inflexion
décisive est donnée à sa pensée par L'Évolution créatrice d'Henri Bergson, et
notamment par la figure de l'Homo faber, qui dominera désormais sa pensée
technologique. Initialement conçu comme l'élément premier ou primitif d'une
dyade paléontologique, l'Homo faber va gagner d'importance dès 1950, lorsque
Leroi-Gourhan s'engage à « suivre les gestes, éclat par éclat » pour
reconstruire la structure mentale des tailleurs de pierre du paléolithique. Le
rapprochement qu'il opère alors entre la technicité humaine, la psychologie
comparée et la biologie le mène aux notions de « comportement technique » et
de « chaîne opératoire ». Fort de ses acquis scientifiques et de ses
inspirations spirituelles, il conjecture une « continuité incrémentale » qui
s'étend des premiers Australopithèques jusqu'à l'artisan Homo faber
d'aujourd'hui, rapprochant ainsi la nostalgie du passé à la rédemption de
l'avenir.
S'identifier pour envoyer des commentaires.