Trois jours et une vie

Trois jours et une vie

Pierre Lemaitre

Albin Michel

  • par (Libraire)
    18 juin 2016

    Décembre 1999, une fin d’année et de siècle marquée par les terribles tempêtes. Antoine Courtin, douze ans vit dans la petite ville de Beauval, au coeur d'une région couverte de forêts. Un endroit plutôt paisible, dirigé par Monsieur Weiser, maire et propriétaire de l'usine de jouets en bois, dont l’avenir est menacé.

    Antoine vit seul avec une mère un peu rigide, car ses parents ont divorcé. Son père s’est installé en Allemagne et le jeune garçon ne le voit presque plus. Il se sent un peu isolé des autres enfants de son âge. Sa solitude s'accroît le jour où ceux-ci ne portent guère plus d'intérêt à la cabane qu'ils construisaient ensemble dans le bois de Saint Eustache mais plutôt à la PlayStation de Kévin.

    Alors pour combler ce vide, Antoine rencontre chaque jour Ulysse, le chien du voisin. C'est avec lui dans les pattes qu'Antoine s'attelle à la construction d'une nouvelle cabane, cette fois haute perchée. Mais Ulysse se fait renverser par une voiture et le voisin achève son chien d'un coup de fusil pour abréger ses souffrances et fourre le corps dans un sac plastique.

    Antoine a tout vu, et sous le choc va se réfugier dans les bois où il détruit sa cabane. Lorsque Rémi 6 ans, le fils du voisin s'approche de lui, Antoine fou de rage et déprimé, passe sa colère sur l’enfant. Il lui assène un mauvais coup sur la tête et Antoine ne peut se rendre qu'à cette évidence : il a tué Rémi. À grands coups d'efforts, il cache le corps de Rémi sous le tronc massif d'un hêtre.

    De retour chez lui, Antoine attend, tremblant de peur, qu'on vienne le chercher...

    S'ensuit une enquête, des personnes accusées, relâchées, et finalement l’évènement est étouffé par les effroyables tempêtes de 1999.

    Malgré tout Antoine va vivre une existence d'enfer, car il est doté d’un caractère hyper angoissé. Il n'aura de cesse de vouloir fuir le village. Y parviendra-t-il? La punition tombe sur lui d'elle-même. Le titre est bien choisi " Trois jours et une vie" mais laquelle? Comment vivre avec un tel poids ? Celui d'avoir tué, par accès de colère, un petit garçon, alors qu'on est soi même à l'orée de l'adolescence. Comment regarder en face la terrible réalité?

    Pierre Lemaitre nous plonge en plein coeur de ce drame. On suit Antoine à 3 époques de sa vie: en 1999, 2011 et 2015, avec des passages au conditionnel dans lesquels Antoine imagine non seulement son arrestation mais aussi l’attitude des trois adultes qui l'ont couvert sans trop savoir, sans trop l'interroger finalement, comme on pardonne une bêtise d'enfant. On ressent ses émotions, on devine son désarroi et ses peurs. L'auteur traite de sujets très intéressants, à savoir la culpabilité, la notion de justice ou encore la conséquence de nos actes.

    Après le genre policier, le genre roman avec "Au revoir là Haut" – prix Goncourt 2013, Pierre LEMAITRE s’essaie au roman dramatique : une ambiance de village plutôt pesante et tendue, des personnages fouillés, parfois complexes ou cyniques, une fin inattendue, une écriture enlevée et précise.... La fin de ce roman sort des sentiers battus. Elle nous fait remonter tout du long du récit achevé. Des détails, insignifiants sur le coup, nous reviennent, nous frappent et prennent tout leurs sens. Un roman noir abouti.


  • par (Libraire)
    8 avril 2016

    Pendant 16 ans

    Ce n’est pas un polar puisque dès les premières pages Pierre LEMAITRE révèle l’auteur du meurtre mais plutôt un roman psychologique. Au fil des pages, le lecteur va suivre la vie d’Antoine, le meurtrier, qui se déroule de 1999 à 2015. Une tempête, celle de 1999, brouille les indices puis un aménagement paysager décrété par la mairie les découvre. Le meurtrier sera-t-il démasqué ? Le romancier nous fait suivre 16 ans de la vie d’Antoine, et des habitants de la petite ville, des vies remplies d’attente, de doutes et de compromissions.


  • 30 mars 2016

    Comment vit-on après le meurtre (accidentel) d’un petit garçon ?

    23 décembre 1999, le petit Rémi Desmedt disparaît. Le 23 décembre 1999, ou vingt-quatre heures avant le début des tempêtes dévastatrices qui ont frappé la France, souvenez-vous. Une disparition, une enquête, une battue, un chien (très important, le chien…), et un meurtrier, dont on connaît le nom depuis le début. Un roman très bien écrit qui tient en haleine sur la vie après avoir tué. Crainte, culpabilité… On ne vit plus, un temps. Puis on vit de nouveau, on passe à autre chose… A moins que ? Un roman noir mené d’une main de maître par l’auteur du prix Goncourt 2013.


  • par (Libraire)
    19 mars 2016

    Un roman noir comme on les aime !

    Pierre Lemaitre nous prouve une fois encore son talent et nous plonge dans une enquête bouleversante et plein de rebondissements.


  • 15 mars 2016

    Un livre captivant

    Un roman noir où l'accident devient un crime, le crime une tragédie.
    Captivant de la première à la dernière page.


  • par (Libraire)
    9 mars 2016

    Trois jours et une vie

    Antoine, un enfant de 12 ans, voit sa vie bouleversée le jour ou il assiste à la mort d'un chien auquel il était trés attaché. Ce meurtre perpétré par son voisin va le marquer pour toujours. Un jour il commet l'irréparable.
    A sa majorité il décide de partir, de quitter sa ville.
    Mais aussi loin que l'on aille le passé finit toujours par nous rattrapper.


  • 7 mars 2016

    amour, suspens

    Je retrouve avec plaisir la plume de Pierre Lemaitre qui m’avait enchantée avec ses premiers romans à suspens, et bien sûr son Prix Goncourt 2013.

    De suspens, il est encore question dans ce roman, autour d’Antoine et de son crime. Mais il n’y a pas vraiment de tension, car Antoine évacue bien vite son geste. Malgré les crises d’angoisses qui jalonnent sa vie, il va de l’avant.

    Pourtant, il reste toujours une question en attente de réponse tout au long du roman.

    Comme s’en expliquait l’auteur dans La Grande Librairie, il a voulu écrire un roman sur les conséquences d’un acte : l’accident se déroule, mais qu’arrive-t-il après ?

    Ce que j’ai moi apprécié dans ce livre, c’est l’amour caché qui sauve une vie, du moins en partie.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des petites mains de Rémi qui s’agrippent au bord du trou dans lequel il va être dissimulé.

    http://alexmotamots.fr/?p=1309


  • 7 mars 2016

    Excellent !

    Décembre 1999, dans la petite ville de Beauval, Antoine Courtin âgé de douze ans s’est pris d’affection pour le chien Ulysse des voisins, les Desmedt. Celui-ci l’accompagne quand il va jouer dans la forêt toute proche où il a construit une cabane. Le jour où Ulysse est renversé et gravement blessé par un chauffard, son maître M. Desmedt l’abat d’une cartouche.
    « Dans le triangle père absent, mère rigide, copains éloignés, le chien Ulysse occupait évidemment une place centrale. Sa mort et la manière dont elle survint furent pour Antoine un événement particulièrement violent. » Antoine assiste à la scène, incrédule, le cœur au bord des yeux. Sauf que la mort d’Ulysse est suivie dans la même journée par un autre drame dont Antoine est le responsable. Paniqué, il pense à prendre la fuite. Alors que le drame mobilise l’ensemble de la population de Beauval dans un climat de tension où les vieilles rancunes ressurgissent, Antoine va endosser l’habit du menteur.
    Les années passent, Antoine à 24 ans, étudiant en médecine, il fait la fierté de sa mère qui lui reproche de ne pas venir souvent à Beauval. Justement, s’éloigner et quitter les lieux de son enfance revient à tenter d'oublier son passé. Mais ce dernier comme la tourmente vont rattraper Antoine et toute sa vie en sera bouleversée.

    Une fois commencé, ce nouveau roman de Pierre Lemaitre est impossible à lâcher ! Pourtant, j'ai reçu un uppercut car le drame en question est la disparition d’un enfant âgé de 6 ans et en tant que lecteur, nous savons ce qui s’est déroulé.
    Pierre Lemaitre démontre qu’il est fin psychologue et nous ferre car il nous place au plus près d’Antoine (de ce qu’il vit, de ce qu’il pense). On est à ses côtés, c’est si bien décrit que l’on « ressent » physiquement ses émotions : la peur qui tord le ventre, la sensation d’être perdu, l’angoisse. On le suit sur plusieurs périodes durant lesquelles sa conscience s’est modifiée. Car de 12 ans à l'âge adulte, un évènement se modifie forcément dans les souvenirs. L’auteur ne s’en tient pas à analyser le comportement d’Antoine, un garçon sensible et attachant dès les premières pages. A travers la population de Beauval, il nous dépeint le genre humain et ses différentes réactions face à un drame. Cerise sur le gâteau, Pierre Lemaitre nous offre une belle fin renversante (que je n’ai pas vu venir)
    Avec une écriture aiguisée qui fouille et creuse l’âme humaine, ce roman psychologique à l’atmosphère ombrée se lit en apnée totale !


  • par (Libraire)
    5 mars 2016

    Antoine, 12 ans, est un jeune garçon réservé et solitaire.
    Il mène une vie banale, dans un petit village, avec comme seul parent sa mère.
    Sa tranquillité s'achève le jour où il tue son voisin et ami, âgé de 6 ans.

    Comment est jugé un meurtrier de 12 ans ? Que faire ? Comment son village réagira-t-il en apprenant la nouvelle ?

    Spectateur de cette vie tourmentée, le lecteur grandit aux côtés d'Antoine, avec ses doutes, ses peurs, ses interrogations... et ses rebondissements.

    Pierre Lemaître nous livre la psychologie d'un être hors norme.
    A lire absolument !