• par (Libraire)
    25 février 2016

    Conseillé par Marie-Laure

    Tout commence par un tragique fait divers. Une adolescente de 12ans se noie dans la Tamassee, rivière qui sépare la Caroline du Sud de la Géorgie. Les parents, des gens aisés venus du Minnesota, veulent évidemment récupérer le corps de leur fille. Pour cela, il faut poser un barrage provisoire afin de détourner la rivière. Or la Tamassee est protégée par le "Wild and Scenic Rivers Act", c'est-à-dire qu'on ne peut en aucun cas perturber l'état naturel de la rivière. Le débat est donc lancé ! Promoteurs immobiliers, parents, écologistes ou habitant du comté d'Oconee, tous ont un avis sur la question. Maggie, jeune journaliste-photographe à Columbia, est envoyée pour couvrir l'affaire, une affaire très personnelle pour la jeune femme car elle a grandi dans le comté d'Oconee.

    Elle a beau avoir fui sa région natale dès qu'elle en a eu la possibilité, la Tamassee continue de couler dans ses veines; d'autant plus que la rivière est liée à son amour de jeunesse, Luke, fervent militant écologiste. Maggie n'est pas la seule à devoir faire face à son passé ; Allen, le ténébreux journaliste qui l'accompagne, est lui aussi touché intimement par ce drame. Ce roman de Ron Rash est évidemment un ardent plaidoyer pour la protection de la nature et une véritable déclaration d'amour pour la Caroline du Sud. Cependant, il aborde aussi des sujets très profonds tels que la relation avec le père, le pardon, le deuil : comment vivre avec ses morts ? Comment combattre ses fantômes ? Comme la plupart des livres de l'auteur, me poids de la tradition et de la communauté est très fort. Ron Rash aborde aussi la question des médias, ou comment la vision d'un journaliste ou l'angle d'une photo peut tout faire basculer. Un très beau "presque" premier roman de l'un des plus grands écrivains de notre époque.


  • par (Libraire)
    18 février 2016

    Hymne à la nature

    La Tamassee est une rivière vive séparant la Caroline du Sud et la Géorgie.
    Ruth Kowalsky, 12 ans, veut mettre un pied dans chaque Etat. Mais, elle se fait emporter par le courant et se trouve coincée sous un rocher près d’une chute. Les plongeurs tentent de la sauver sans succès.
    Un mois plus tard, le père de Ruth réunit la population pour la mise en place d’un barrage amovible le temps de récupérer le corps de sa fille. Cependant, les écologistes interviennent et rappellent le « Wild and Scenic Rivers Act » protégeant la Tamassee de toute construction.
    Ron Rash signe un livre de nature writing impressionnant !


  • 15 février 2016

    Comté d’Oconne, Virginie du Sud. Ruth Kowalsky âgée de douze ans pique–nique avec sa famille au bord de la rivière la Tamassee. Mais ce n’est pas un cours d’eau paisible et elle s’y noie. Ses parents veulent que son corps coincé sous un rocher à proximité d’une chute soit enlevé à la rivière et ils demandent qu’un barrage temporaire soit installé. La rivière est protégée par une loi Fédérale (il est interdit d'en perturber le cours naturel) et Luke écologiste jusqu'au-boutiste s'y oppose. L’affaire fait du bruit, Maggie Glenn est dépêchée par son journal en tant que photographe avec un nouveau collègue. Originaire du coin, elle connaît la plupart des habitants. Son père y vit tout comme sa tante et des cousins. La jeune femme sait que la protection de la rivière continue de diviser la population. Quand Herb Kowalsky obtient des soutiens non négligeables notamment politiques, les dés semblent définitivement jetés.

    Ce nouveau livre de Ron Rash aborde de nombreux thèmes : la douleur des parents, la protection de l'environnement, les enjeux économiques, la culpabilité, les rapports père-fille. Sans se faire donneur de leçons, l'auteur expose à travers ses personnages tous les éléments. Les amoureux de nature seront conquis car la Tamassee est un personnage à part entière. Avec une écriture qui fait appel à tous les sens (on voit cette rivière, on l'entend) et des personnages non exempts de failles ou de blessures, Le chant de la Tamassee pose énormément de questions.
    Une lecture prenante, belle et âpre qui forcément interpelle. Une fois de plus, Ron Rash fait mouche !


  • 10 février 2016

    Le nouveau Ron Rash !

    La disparition d'une jeune fille dans le lit d'une rivière cristallise tous les conflits d'une petite communauté de Carline du nord.
    Magnifique livre que ce "Chant de la Tamassee" siglé Ron Rash!


  • par (Libraire)
    29 janvier 2016

    Roman écologique

    Avec ce dernier roman publié au Seuil, Ron Rash nous emmène aux frontières de la Géorgie et de la Caroline du Sud où la rivière Tamassee est la véritable héroïne de cette histoire. A travers elle, les personnages de ce roman renouent avec leur passé et envisagent l'avenir.
    Lecteurs amoureux du nature writting, plongez-vous dans ce roman aux accents écologiques, c'est un régal !


  • par (Libraire)
    12 janvier 2016

    Pendant les vacances de Pâques Ruth, jeune fille de 12 ans, se noie dans la Tamassee rivière sauvage au fort débit. Son corps reste coincé dans un ressort hydraulique. Face à la douleur de la famille de Ruth un débat divise la petite ville de Tamassee afin de récupérer le corps. Soit détourner le cours de la rivière en violant la charte nature qui la protège de toute intervention humaine soit attendre l’été que le débit soit moins fort et permette à des plongeurs d’intervenir.
    C’est à nouveau un hymne à la nature que nous offre Ron Rash, une nature face à laquelle l’homme est tout petit. Magnifique !
    Valérie