Après le silence

Après le silence

Didier Castino

Liana Levi

  • par (Libraire)
    23 février 2016

    conseillé par Stéphanie

    Que reste t'il après le silence?
    Après le grand silence. Le silence brutal. Celui qui accompagne la mise en tombe, l'absence, celui qui empêche le cri de douleur de sortir des gorges orphelines.
    Après le silence, il y a Didier Castino et sa plume.
    Et il y a Louis Catella.
    Raconter, se raconter, pour vivre encore à travers les siens. Dire.
    Dire combien l'usine est une maîtresse intraitable mais qu'on aime. Inlassablement. Qu'on déteste aussi.

    Le coeur de Louis bat au rythme de la fonderie. C'est elle qui donne le tempo, toujours. Parfois on se laisse porter par les autres instruments de la symphonie humaine : les liens d'amitié indéfectibles, une femme attentive au prénom fleuri, trois fils qu'on observe en cachette quand le sommeil les gagne.
    Mais l'orchestre symphonique est toujours mené à la baguette par la chaleur des fours, aux espoirs sont liés les désillusions. Et avec le temps la fatigue gagne : le corps, la tête. Et les battements du coeur se font plus forts, et l'usine envahit tout, jusqu'à vous tuer.
    Quel magnifique premier roman! Ce monologue à la structure narrative parfaitement construite est un hymne à la fois pudique et engagé à l'amour et la classe ouvrière . Au monologue du père viendra s'ajouter la voix du fils, et une question : où commence et où s'achève l'héritage, la transmission?


  • par (Libraire)
    22 septembre 2015

    Vous allez découvrir!

    Louis Catella, alors qu'il est mort, s'adresse au plus jeune de ses trois fils. Il lui raconte sa vie, de l'entrée en usine à l'âge de seize ans, de mai 68 et ses combats, de sa rencontre avec Rose et de la naissance de ses trois fils. Puis l'accident de travail et la mort qui s'ensuit. Un premier roman fort et d'une très grande pudeur qui évoque la lutte des classes et la construction d'un enfant de sept ans dont le père meurt en usine.

    Marie Nawrot


  • par (Libraire)
    19 septembre 2015

    Un roman profond et touchant !
    Un monologue d'un ouvrier en 70 ou comment l'individu, la famille à cette époque se structurait autour de l'usine... Tout ceux qui ont connu cette période en retrouveront une belle description. Une symbiose entre la famille et le métier jusqu'au jour où... chut ! On ne vous dévoile pas la seconde partie du livre !
    Une belle réussite !


  • 30 août 2015

    L'héritage du père

    C'était la vie d'avant, celle des années 70, celle du monde ouvrier, des usines et de leur omniprésence dans une France en pleine mutation. Une vie dans laquelle l'homme (mari, père) se construit avec cette réalité là : travailler, avoir un métier, c'est exister. Mais quand il meurt d'un dramatique accident à la veille des vacances, en juillet 74, Louis Catella, forcément, s'interroge. N'étant plus là, comment être un père pour ses enfants, quels conseils leur donner pour les accompagner dans la vie ? Comment inciter sa femme à tourner la page ?

    L'incroyable force de ce premier roman est d'installer dans un échange forcément impossible ce questionnement-là. Louis se raconte, monologue sensible et plein d'humour sur sa vie. Celle d'avant l'accident.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    24 août 2015

    Briser le silence

    Roman de l'intime et de l'universel étroitement liés. Roman social et familial qui réveille avec discrétion mais non sans éloquence le noyau ouvrier ébranlé, fissuré, démantelé après l'accident mortel. Les paroles du père et du fils s'entremêlent pour tenter de comprendre l'incompréhensible et briser le silence. Obstinés, l'un et l'autre révèlent leur propre vérité, leur propre sagesse à une époque où la fierté et la grandeur étaient dans le travail et le labeur incessant. Le père n'est plus physiquement, mais il demeure omniprésent, tourmente les esprits et délie les langues. Son regard n'est plus mais il voit tout, entend tout. Le père disparu, son fantôme persiste et empêche tout déploiement serein de la jeunesse et de la condition d'homme. Qu'est-ce qu'être fils d'ouvrier même disparu ? Qu'est-ce que dire sans trahir en voulant être soi-même ? Un premier roman à lire, absolument.