Dragon bleu, tigre blanc

Dragon bleu, tigre blanc

Xiaolong Qiu

Liana Levi

  • par (Libraire)
    14 mai 2014

    Une vraie réussite !

    Nouilles aux oignons verts frits, graines de pastèques grillées, gâteaux au sésame... Parsemés de poésie et proverbes, sans oublier une corruption endémique et le culte de l'argent roi, les polars de Qiu Xiaolong sont uniques, efficaces et une vraie plongée au cœur de la Chine du XXIème siècle. Totalement politiquement incorrect et passionnant ! Une vraie réussite !


  • 4 mars 2014

    Polar made in China

    Façon slogan maoïste d'autrefois, on pourrait dire que Qiu Xialong* mène la grande campagne des trois "P " : polar, politique et poésie. En neuf romans, de " Mort d'une héroïne rouge " (2001) à " Dragon bleu, tigre blanc " (2014), ce romancier natif de Shanghai, réfugié aux USA en 1989 et naturalisé américain depuis, a composé une oeuvre unique, se glissant dans les codes de la littérature criminelle pour mieux décrypter la société chinoise moderne et les luttes de pouvoir à la pékinoise.

     Qiu dispose d'une arme fatale : l'inspecteur Chen Cao. Protégé par une huile du Parti et couvé par un propriétaire de boite de nuit, redouté de sa hiérarchie et respecté des petites gens, il poursuit sa quête de vérité sans jamais dévier, ni sans trop d'illusions. " Le système n'a pas de place pour un flic qui place la Justice au-dessus des intérêts du parti ", le prévient-on. A la différence des héros occidentaux, Chen n'épingle jamais les comploteurs ni les assassins. Mais il donne d'efficaces coups de pieds dans la fourmilière des cadres dirigeants ou oligarques occupés à s'enrichir à tout prix.

     Dans son combat, Chen peut compter sur un petit cercle de fidèles, fonctionnaires incorruptibles, blogueurs militants ou jolies femmes prêtes à se sacrifier pour ses beaux yeux et son élégance raffinée. Car il n'est pas seulement doué pour déjouer les intrigues de Palais. Son créateur, traumatisé à l'adolescence par la Révolution culturelle qui l'a privé d'enseignement artistique, lui a fait don de sa passion et de son talent pour la poésie. Par la voix de Chen, Qiu nous éveille ainsi à la délicatesse de poèmes traditionnels chinois ayant résisté au temps et à toutes les censures.

     Chen a toutes les vertus, hormis peut-être celle d'être infaillible. Sa personnalité sans tache le fait surnager dans une Chine dont le présent capitaliste désole Qiu Xiaolong autant que son passé révolutionnaire. Dans " Dragon bleu, tigre blanc ", l'inspecteur est témoin de la chute d'un couple de hiérarques trop ambitieux, Lai et Kai, calqué sur le modèle de Bo Xilai et son épouse Gu Kailai. Ce dernier, ancien ministre et maire de Chongqing, " prince rouge " rival de l'actuel président Xi Jinping, a été condamné l'été dernier à la prison à perpétuité pour corruption. S'inspirant fidèlement de sa chute, Qiu Xiaolong réussit à captiver le lecteur en montrant une page d'Histoire contemporaine en train de s'écrire. Que demande le Peuple ? _* Prononcer Tchou Shaolongue _

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u