Fondée en 1927, la librairie Richer met à la disposition de ses clients 85 ans de savoir-faire. Une surface de vente de 1200m2 qui propose un fonds riche en qualité et varié en nombre de références représentant toutes les spécialités de librairie.

Le Diable, tout le temps

Donald Ray Pollock

Albin Michel

  • 19 juillet 2013

    Etats-Unis, religion, violence

    Quelle découverte ! C'est toujours un plaisir de lire un nouvel auteur, surtout quand il est bon, ce qui est le cas avec cet auteur.
    Si j'ai eu un peu de mal, les premières pages, à entrer dans l'histoire, la prose de l'auteur a fini par m'embarquer dans son odyssée.
    Et quelle odyssée ! Des personnages à la limite de la folie comme seule l'Amérique peut en produire. Prédicateur pervers ; soldat revenu du front ayant perdu le sens des réalité ; pervers narcissiques sillonnant les routes à la recherche de photos morbides ; shérif voulant se faire réélire et prêt à tout. Le tout sur fond de peur de l'enfer. Un très beau moment de lecture.

    L'image que je retiendrai :
    Celle des clairières où s'arrêtent Carl et Sandy pour commettre leurs forfaits. Un petit coin charmant de campagne.....


  • par (Libraire)
    5 décembre 2012

    LITTERATURE AMERICAINE

    Wouaouh ! Un roman magistral, sombre à souhait, littéralement obsédant, inquiétant, violent, déchirant, angoissant !

    Dans l'Ohio profond se cache le bled de Knockemstiff, où tout le monde est plus ou moins de la même famille, et où la vie tourne tristement autour de l'église et du magasin local. C'est dans cet univers qu'évoluent une galerie de personnages violents et attachants, des âmes tourmentées qui cherchent leur rédemption par tout les moyens, allant volontiers dans des conduites extrêmes. Mais ce n'est pas Dieu ou qui que ce soit qui est à l'origine de leur tourment, le problème est en eux, ancré, profondément ancré.

    Un roman-choc très sombre, hypnotisant et impossible à lâcher, sur une Amérique glauque et franchement angoissante.

    A lire D'URGENCE !


  • par (Libraire)
    15 novembre 2012

    Tel un bon road movie

    Dans l'amérique profonde des années 60, Willard Russel, prêcheur convaincu, tente tout pour sauver sa femme. Son fils, Arvin, à la fois souffre douleurs mais aussi enfant chéri s'efforce de trouver son chemin malgré ces évênements. Carl et Sandy économisent pour partir sur la route prendre des auto-stoppeurs et les assassiner de manières sordides pendant que Roy, un prédicateur et son acolyte Théodore vont de ville en ville, fuyant la loi et leur passé. Tous ces personnages vont s'entre-croiser pour connaitre des dénouements assez justes en comparaison de ce qu'ils auront semé... Donald Ray Pollock nous emporte, comme Steinbeck dans des souris et des hommes, dans un roman social puissant où les personnages apparaissent tour à tour à la fois violents et attachants.


  • par (Libraire)
    17 septembre 2012

    Le diable, tout le temps

    Dans l'Amérique profonde de l'après-guerre jusqu’aux années soixante, plusieurs personnages grandissent, veillissent, apprennent. Williard Russell rentre de la guerre du Pacifique et retrouve sa famille. Arwin, son fils, qui sera le fil rouge du livre, marqué par une éducation religieuse particulière et par le décès de sa mère. Roy et Théodore des prédicateurs illuminés et pervers. Sandy et Carl : un couple à la dérive qui sillonne la région en quête de "modèles" pour réaliser leurs photos macabres. Tout au long de ces années, nous allons donc les suivre et partager leurs tourments, leurs malheurs et leurs démons jusqu'au moment où leurs chemins vont se croiser pour un dénouement tragique mais juste. Donal Ray Pollock écrit là un roman social puissant, violent, passionnant et magnifique de maîtrise où les personnages vont devoir aller à la limite d'eux-même. A lire absolument.


  • 5 mars 2012

    Etats-Unis. Roy prédicateur prêche la foi avec Roy son cousin invalide. Convaincu de pouvoir ressusciter les morts, il tue son épouse. Les deux hommes s’enfuient laissant la fillette de Roy. La femme de Willard se meurt d’un cancer. Willard dresse des croix, tue des animaux et oblige son fils Alvin à prier des heures durant pour la guérison de sa mère parmi le sang et la puanteur des cadavres. Ajoutez un couple marginal qui s’en prend aux auto-stoppeurs, un pasteur avide de jeunes filles et vous obtenez ce roman hors normes !

    Hors normes, car dérangeant et en même temps impossible de le lâcher ! Donald Ray Pollock nous entraîne dans une Amérique où les hommes sont revenus traumatisés de la guerre du Vietnam jusqu’aux années soixante. Des personnages tourmentés, mystiques en proie à leurs propres démons. L’argent, le sexe, le meurtre, la puissance et Dieu. Car tous ont une foi inébranlable dans la religion hormis Alvin. Lorsque sa mère décède, son père se suicide. Recueilli par sa grand-mère très croyante, il suit un parcours presque « normal »mais la violence le gagne. Inéluctablement, l’auteur tisse une toile d’araignées où ses personnages sont pris au piège.

    Ca clashe, ça bouscule !L’écriture se fait agressive, dure, ne ménageant pas le lecteur. Pas de pâquerettes et d'eau de rose mais la noirceur de l’âme humaine. Terrifiant.

    J’ai été complètement hypnotisée par ce roman qui est une grande claque ! Vous êtes prévenus, on ne sort pas indemne de cette lecture...