Des hommes

Des hommes

Laurent Mauvignier

Les Éditions de Minuit

  • 5 août 2019

    La Guerre d'Algérie

    C’est ma seconde rencontre avec l’auteur dont j’avais aimé Continuer.
    Ce texte est plus ancien, et de l’avis de certaines, son meilleur.
    Quels hommes et quel style ! Commençons par le style époustouflant à la fois proche de l’oral dans l’enchaînement des idées mais si bien travaillé que l’on ne perçoit pas ce travail. Le récit coule et l’on a envie de continuer d’écouter la petite musique du narrateur. Un narrateur qui sait si bien décrire ses émotions que je les ai vécues avec lui même si je ne le voulais pas.

    Et pourtant ce qu’il nous raconte glace le sang. Oh, pas tout se suite, l’auteur installe ses personnages dans la campagne française le jour des 60 ans de Solange. On devine les liens familiaux compliqués.

    Puis vient Feu-de-bois par qui le scandale arrive.
    C’est le bachelier qui nous raconte l’histoire depuis l’après-midi jusqu’au moment où il va se coucher, et que ses souvenirs l’assaillent.
    L’Algérie, pas aussi terrible que Verdun, mais qui à détruit une génération de jeunes hommes dans leur tête, même s'ils sont revenus avec tous leurs bras.

    Des hommes qui ont fait comme ils ont pu entre la peur et l’amour, l’espoir et la barbarie.

    Des hommes humains trop humains et que l’on n’oublie pas.

    Merci, Monsieur Mauvignier, les heures passées avec vos personnages et la voix de votre narrateur me resteront longtemps en mémoire.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des cachets que prend le narrateur et tous les anciens d’Algérie car ils n’ont jamais pu parler des atrocités qu’ils ont vu.

    https://alexmotamots.fr/des-hommes-laurent-mauvignier/


  • 26 novembre 2014

    Pour ses soixante ans, Solange a invité famille et amis à un repas dans une salle des fêtes louée pour l'occasion. Tout se passe bien jusqu'à l'arrivée de Bernard surnommé Feu-de-Bois, le frère aîné de Solange. Marginal, alcoolique et vivant aux crochets des uns et des autres, il offre à sa sœur un bijou de grande valeur. Solange essaie de masquer son embarras mais le mal est fait car tout le monde se demande comment il s'est procuré l'argent pour l'acheter. Tout s'enchaîne : la réflexion de trop qui met le feu aux poudres, l'esclandre et Feu-de-Bois humilié, en colère part. La fête est finie et gâchée. Mais la stupeur est à son comble quand on apprend que Feu-de-Bois a menacé la femme de Chefraoui un collègue de Solange d'origine algérienne.

    Rabut le cousin de Feu-de-Bois présent à la fête raconte les heures qui suivent et bien plus. Car cet incident réveille chez lui des souvenirs plus anciens dont il n'a jamais parlé. Des souvenirs enfouis qui hantent toujours ses nuits. Quarante ans plus tôt, lui et Feu-de-Bois à peine âgés de vingt ans se sont retrouvés sous les drapeaux à participer à la guerre d'Algérie. Une guerre "étrange" avec l'ennui, l'incrédulité, la non compréhension "Mais là, c'est autre chose. Il n'est pas le seul à être seul, ils sont seuls tous ensemble.", la peur permanente mais aussi ses atrocités.
    Laurent Mauvignier nous plonge dans cette guerre, dans ses souffrances, dans son silence et ses non-dits. Car une fois revenus, tous se taisent, ils ne peuvent pas mettre des mots sur cette guerre taboue. Mais Feu-de-Bois n'a pas pu tourner la page, ni à vivre avec ses blessures tapies au fond de lui.

    On ne lit pas ce livre, on le ressent par l'écriture unique si précise et si ample de Laurent Mauvignier, par le rythme des phrases, par l'intensité poignante et juste.
    Admirable sur tous les points et magistral !


  • par (Libraire)
    21 janvier 2013

    C'est l'anniversaire de Solange ; par sa présence et son cadeau incongru, son frère Bernard, le marginal du village provoque un dérapage et un drame qui ramènera tous les protagonistes à leur passé douloureux. C'est Batut, cousin et rival de Bernard qui nous releve les secrets enfouis dans leur existence depuis 1960 : les événements" tragiques d'Algérie auront eu raison de leur jeunesse et de leurs espoirs. Par-delà l'horreur, ceux qui en sont revenus restent à jamais hantés par leur passé. Dans une langue aussi originale que belle Laurent Mauvignier nous livre une fois encore (après le remarquable "Dans la foule"réédité en Minuit poche) un magnifique roman-coup-de-poing que l'on est pas prêt d'oublier. Un de mes favoris pour les Prix."