Chère cliente, Cher client, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre Drive Richer pour le retrait de vos commandes pour les articles disponibles en stock (point vert). Le retrait se fera à la porte de la librairie, 8 rue Chaperonnière, les mercredi et samedi de 10h00 à 12h00 . La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

L'effet Larsen, roman

L'effet Larsen, roman

Delphine Bertholon

JC Lattès

  • 2 avril 2011

    coup de coeur

    Un roman coup de coeur pour moi!
    C'est avec une très belle plume que l'auteur fait parler Nola, en deuil depuis la disparition de son père (10 ans).
    Elle revient sur les événements tragiques et sa gestion de l'après.
    Elle nous parle du deuil de sa mère et de sa dépression, des questions qu'elle se pose, des gens qu'elle rencontre. Elle nous décrit les liens qu'elle tisse avec les assoiffés du bistrot dans le quel elle travaille, avec son oncle Paul à la fois absent et très présent dans ses propos et dans son coeur, avec Jonas, avec le voisins, celui avec qui elle discute en fumant des cigarettes...


    Pendant tout ce temps, Nola cherchera à exorciser cette souffrance qui les accapare, elle et sa mère. Chacune de manière différente, elles chercheront à faire leur deuil, Nola en développant une obsession (je ne vous dis pas laquelle) et sa mère en somatisant.
    L'écriture est sensible et décrit cette souffrance d'une manière belle et pudique.
    J'ai été très émue en refermant ce roman, d'autant plus que l'histoire du deuil est doublé d'un secret de famille!!
    Un véritable coup de coeur!!


  • 14 août 2010

    Août 1998, sous une chaleur écrasante, Paris s’est vidée de ses habitants. Nola, 18 ans, au lieu de passer ses vacances avec ses amies en Grèce se retrouve serveuse dans un bar de seconde zone. Elle et sa mère Mira viennent d’aménager dans « l’immeuble – mutant » qui est le reflet de leur vie décrochée. Quelques mois plus tôt, un cinglé a tiré sur de gens avant de se suicider. Son père faisait partie de ses victimes innocentes. Se reconstruire mais comment alors que sa mère passe ses journées enveloppée dans un cocon de couvertures dans sa chambre ? Selon les médecins, Mira présente des signes d’hyperacousie, elle ne supporte plus le moindre bruit. Nola joue le rôle de mère pour aider Mira alors qu’à 18 ans sa vie vient de basculer. Elle se bat pour deux et découvrira que les non-dits du passé sont lourds de conséquences.

    Dès les premières pages, l’écriture m’a harponnée. Et quelle écriture ! Delphine Bertholon sait jouer de toutes les gammes : métaphores sublimes, des phrases où la poésie s’invite, le langage d’une fille de 18 ans et des pointes d’humour. Je n’ai pas lu l’histoire, non, j’ai basculé dedans.

    Une histoire poignante mais qui ne sombre jamais le mélo. Les sentiments, les émotions de Nola sont décrits avec tant de justesse qu’on les ressent. Il y a une atmosphère si forte, si prenante qui se dégage de ce livre que je l’ai lu en apnée. Nola ne baisse pas les bras même si l’envie se fait sentir. Non, elle essaie d’avancer pour elle et pour sauver sa mère. Même si je n’ai pas vécu la situation de Nola, je suis ressortie de cette lecture bouleversée.

    Un livre coup de cœur qui prend aux tripes et dont l’écriture est tout simplement sublime !