Chère cliente, Cher client, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre Drive Richer pour le retrait de vos commandes pour les articles disponibles en stock (point vert). Le retrait se fera à la porte de la librairie, 8 rue Chaperonnière, les mercredi et samedi de 10h00 à 12h00 . La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

Otages / roman

Otages / roman

Nina Bouraoui

JC Lattès

  • par (Libraire)
    12 mai 2020

    Une écriture puissante, à découvrir

    Nina Bouraouii nous plonge dans les travers de notre société où les femmes doivent mener de front vie professionnelle et vie privée, être performantes, assurer à tous les niveaux sans ne laisser jamais laisser rien paraître.

    C'est ainsi que nous faisons la connaissance de Sylvie qui s'écroule littéralement, se révolte aussi mais nous découvrons aussi une Sylvie qui renaît, qui va analyser sa vie, son parcours avec beaucoup de lucidité.

    De son écriture maîtrisée, puissante presque chirurgicale, Nina Bouraoui rend ce roman fort et poignant où chaque femme pourra se retrouver.

    A lire absolument !

    Delphine


  • par (Libraire)
    20 mars 2020

    Sylvie Meyer, 53 ans employée modèle, mère de deux enfants vit seule depuis que son mari l'a quitté. Otage de sa vie depuis si longtemps, elle va enfin sortir sa révolte. Un roman percutant sur la condition des femmes et leur vulnérabilité.


  • par (Libraire)
    3 mars 2020

    Sylvie est une femme ordinaire, "cinquante-trois ans. Je suis mère de deux enfants. Je suis séparée de mon mari depuis un an." Une ouvrière que son patron exploite en la cajolant avec des paroles, "Sylvie, je compte sur vous", "Sylvie on est dans le même camp tous les deux", ou l’inverse, "Sylvie, si je sombre vous sombrez avec moi". À sa responsable de section, son patron demande de faire des listes, de repérer les personnes qui ne font pas le maximum pour la Cagex. Sylvie s’exécute, en employée modèle, elle obéit. Elle espionne ses collègues. Peu à peu, elle s’isole, devient "pire que son patron". Un matin de novembre, elle prend conscience de ce qu’elle fait, qu’elle n’a pas eu de parents aimants, qu’ils restaient ensemble à cause des enfants, qu’elle n’a pas su aimer son mari, qu’elle s’est laissée humilier. Alors elle s’habille bien, se munit d’un bon couteau, prend une journée de congé et le soir, retourne à l’entreprise commettre un irréparable acte de folie. Plus tard, elle racontera l’histoire de son premier amour et de la violence sauvage qu’il lui a fait subir.
    Nina Bouraoui nous livre un roman à plusieurs facettes.
    C’est d’abord un texte adapté d’une pièce de théâtre, mais ça ne se sent pas. Dès le début, il y a cette femme qui se raconte et qui prend conscience de ce qu’a été sa vie. Il y a le rythme d’une récitation, une voix qu’on écoute en lisant.
    C’est un roman social qui raconte la violence silencieuse trop souvent faite aux travailleurs. Violence ici accentuée parce que c’est un homme qui soumet une femme, qui la contraint à la bassesse, à la délation, qui la sort de la solidarité et de la condition ouvrière. Pourquoi faut-que le travail abrutisse et avilisse ? Pourquoi ne peut-on pas être fier de son travail ?
    C’est l’histoire d’une femme qui ne vit pas dans la facilité, qui n’éprouve pas le bonheur. Quelque chose la gêne qu’elle endure comme "un caillou que l’on supporte car on jamais le temps de le retirer" et qui, à la fin, "fait partie de soi". C’est même une histoire de femmes, " j’ai pensé à ma mère (…) Je pense qu’elle était malheureuse, mais elle a fait avec, comme mon caillou dans la chaussure".
    C’est un livre sur la peur du viol. Cette peur qui est la vulnérabilité des femmes. Mais ce n’est pas un livre sur la faiblesse des femmes, car seule une femme forte peut faire ce qu’elle a fait à son patron une nuit durant.
    En creux, c’est un roman d’amour. Sylvie raconte la fin de l’amour qu’elle a porté et fortement éprouvé pour son mari, le chagrin de le voir partir et de le quitter.
    Enfin, c’est un roman sur l’intelligence de cette femme ordinaire qui en se racontant, déploie sa pensée, découvre sa complexité, se libère de l’oppression masculine, s’extrait de la médiocrité résignée de sa vie, expulse le secret de son adolescence violentée, décide enfin d’exister pour elle .
    Splendide portrait de femme. Superbe livre, évidemment violent, écrit dans un style fluide qui capte le regard et l’attention, qui oblige à se poser quelques questions (dont pourquoi Otages ?). Un hommage à tous les gens de peu que l’on oublie de regarder, otages de la vie amoureuse et sociale


  • 27 février 2020

    Soeurs

    Une femme de cinquante ans, cadre dans une usine de caoutchouc. Un mari, dont le corps s'éloigne. Des fils, déjà grands. Un jour, son patron lui demande une liste d'ouvriers à licencier. Tout bascule, attention la vague. Puissance de la douceur, sauvagerie de la tristesse. Une héroïne du quotidien.

    Anne-Marie


  • par (Libraire)
    18 février 2020

    Poignant

    "Un roman poignant, on aborde la condition de la femme. Otages dans tous les sens du terme, et, quand un passé douloureux resurgit, tout éclate!"
    Nathalie, rayon littérature


  • par (Libraire)
    28 janvier 2020

    Elle s'est tue trop longtemps, Sylvie Meyer,à la maison, au travail.
    Alors, le jour où elle se "libère", elle nous livre tout, avec une liberté, avec pertinence, une exactitude totale.
    Et c'est particulièrement convaincant.


  • 24 janvier 2020

    Coup de coeur

    Des phrases courtes, incisives, un rythme haletant sur une femme qui craque. Une femme ordinaire, de notre époque. Une femme prise en otage, pour l'amour et le travail.
    Un texte fort, poignant, plein d'émotions !


  • par (Libraire)
    22 janvier 2020

    Un drame silencieux

    Sur le ton de la confidence, Nina Bouraoui nous livre le récit d'une femme effacée en proie à un burnout silencieux.
    Une femme pour qui la violence a pris, pendant des années, la forme du silence, et dont elle va se libérer par un acte de révolte inattendu.


  • par (Libraire)
    15 janvier 2020

    Un roman coup de poing

    Une femme ordinaire essaie de tenir le choc face à une séparation et à la violence de notre société. Un portrait de femme à dimension politique écrit avec beaucoup de pudeur.


  • par (Libraire)
    14 janvier 2020

    C'est l'histoire de la révolte d'une femme soumise face à la violence sociale, économique et amoureuse.
    Avec une écriture réaliste, Nina Bouraoui dessine le portrait de la domination.
    Puissant !


  • par (Libraire)
    10 janvier 2020

    Sylvie Meyer a 53 ans. C’est une femme « comme tout le monde », mère de deux enfants, travailleuse obstinée, sur qui l’on peut compter. Face aux épreuves de la vie, elle n’a jamais flanché, jusqu’à ce matin de novembre où tout bascule. Nina Bouraoui nous livre un texte sublime, qui nous habite longtemps. On se tient au plus près de cette femme ébranlée. Ses mots nous révèlent la violence du monde, de notre société, des traumatismes de l’enfance, et le besoin de liberté qui réside en chacun de nous.
    Un texte à lire pour soi, à haute voix, et à partager.