Pendant le confinement, pas de pénurie de lecture avec La librairie Richer !

Choisissez vos titres parmi nos 75 000 références disponibles sur notre site Internet cliquez et retirez votre commande gratuitement entre10h-13h et 14h/17h, du lundi au samedi au Rayon Presse (entrée rue Montault).

Les rayons presse et papeterie restent également ouverts du lundi au samedi, entre 10h-13h et 14h-17h.

Bon courage à tous!

Nickel Boys, Roman

Nickel Boys, Roman

Colson Whitehead

Albin Michel

  • par (Libraire)
    4 décembre 2020

    Bouleversante lecture que ce Nickel Boys, de Colson Whitehead (Éditions Albin Michel). Un livre sublime, d'une puissance exceptionnelle, témoignage tout en pudeur et finesse de l'horreur ségrégationniste, dans la Floride des années 1960.
    Doux mais solide, rêveur sensibilisé au message de paix porté par Matin Luther King, le jeune Elwood voit ses rêves universitaires s'écrouler lorsqu'à la suite d'une erreur judiciaire, il est envoyé à la Nickel Academy for Boys, une maison de correction qui s'engage à faire des jeunes délinquants des "hommes honnêtes et honorables". Mais derrière les murs blancs d'un établissement sans clôture physique, où jeunes blancs et noirs sont séparés, se dissimule en réalité un endroit cauchemardesque où les pensionnaires sont soumis aux pires sévices. Où les destins se brisent. Où les corps sont engloutis par la nuit, sans jamais revenir.
    Et où la peur et les non-dits se révèlent en définitive des barrières infranchissables.
    Et c'est là, pourtant, au milieu de la nuit et de l'indicible, qu'Elwood l'idéaliste et Turner le pessimiste se lient d'amitié.
    Récompensé par deux fois du prix Pulitzer, comme Faulkner et Updike, (c'est vous dire le talent du bonhomme), Colson Whitehead s'affirme comme un extraordinaire conteur. S'inspirant de l'histoire véritable de la Dozier School for Boys, en Floride, il livre ici un récit-témoignage glaçant, pourtant tout en nuances, allusions, sans sentimentalisme ni pathos. Un livre nécessaire qui raconte, à l'heure du mouvement Black Lives Matters, comment la ségrégation raciale a profondément détruit les vies d'Afro-Américains, comment elle continue à en détruire, et comment elle a façonné des réflexes de soumissions pour y survivre.

    B.


  • par (Libraire)
    10 novembre 2020

    Roman court coup de poing, une narration tragique et sensible qui vous remue et vous attrape définitivement. "Nickel Boys" est la poursuite inlassable et évidente d'un travail de mémoire, l'écriture romanesque d'un long chant des morts pour ne pas oublier ceux qui ont été enterrés dans des fosses communes clandestines au plus fort de la ségrégation américaine. Sous l'étiquette de maison de correction censée remettre les jeunes gens dans le droit chemin, le lieu désigné est prétexte aux sévices, à la maltraitance sans borne, à la folie humaine meurtrière. C'est aussi une autre manière de voir les Etats-Unis aujourd'hui où la ségrégation et l'intolérance demeurent comme insolubles.


  • par (Libraire)
    15 octobre 2020

    Conseillé par Marion

    Dans l'Amérique ségrégationniste des années 60, en Floride, Elwood Curtis rêve de suivre les pas de son idole, un certain Martin Luther King, dont il écoute chaque jour les discours si encourageants. En chemin pour intégrer une université, un homme lui propose de l'emmener jusqu'à sa destination. Alors qu'Elwood touche presque son rêve du bout du doigt, il est arrêté par la police pour une erreur judiciaire et emmené de force dans une école très particulière : la Nickel académie. C'est là qu'on redresse les jeunes à problème.
    Entre les cris dans la nuit, les humiliations le jour, Elwood expérimente les traitements terrifiants que l'on infligeait à une époque pas si éloignée de la nôtre. Auprès de jeunes comme Turner avec qui il noue une complicité, il va tout tenter pour échapper à cet enfer. Chaque jour est pire et plus douloureux que son précédent pour Elwood.
    Après "Underground Railroad" récompensé par un premier Pullitzer, Colson Whitehead en reçoit un deuxième pour "Nickel Boys". Avec une plume toujours plus acerbe, plus avide de vérité, l'auteur éclaire ce qu'il se tramait dans ces écoles de redressement où les noirs étaient traités bien pire que des animaux, où tout espoir était annihilé dès le pas de la porte passée. Colson Whitehead se fait le porte-parole de tous ces jeunes qui n'ont pu s'en sortir. C'est beau et poignant et tellement percutant quand la vérité finit par éclater.


  • par (Libraire)
    14 octobre 2020

    Ségrégation et prison en Amérique

    Avec ce roman magistral, Colson Whitehead entre dans le club très fermé des doubles vainqueurs du Prix Pulitzer. Faisant référence à une sordide histoire vraie, l’auteur nous entraîne en Floride dans les années 50 dans une institution à la fois école et maison de redressement pour adolescents délinquants dans laquelle ils vont vivre l’enfer. Des années plus tard, un rescapé, revient sur ses souvenirs d'ancien "pensionnaire".
    Un roman brillant et haletant sur la condition de la jeunesse afro-américaine et l'univers carcéral des adolescents américains.


  • par (Libraire)
    14 octobre 2020

    Une voix capitale de la littérature afro-américaine !

    Déjà primé en 2017 pour Underground Railroad, Colson Whitehead est de nouveau couronné d'un Pulitzer pour Nickel Boys et rejoint ainsi Faulkner et Updike à la table des double-lauréats.
    En explorant une nouvelle facette de la ségrégation à travers une maison de correction instaurant la torture comme outil indispensable, jusqu'à la banaliser, il nous maintient en apnée dans la dureté d'un huis-clos dans la Floride des années 60.

    Colson Whitehead s'affirme maintenant comme une voix capitale de la littérature afro-américaine.


  • par (Libraire)
    12 octobre 2020

    LE coup de coeur étranger de cette rentrée littéraire

    Après «Underground Railroad», Colson Whitehead poursuit, avec «Nickel Boys» l'exploration de la thématique de la ségrégation, à travers la destinée de jeunes envoyés en maison de correction, dans l'Amérique des années 60.
    Ce livre est inspiré de faits réels. Un deuxième prix Pulitzer pour son auteur...


  • par (Libraire)
    2 octobre 2020

    UN TRES GRAND LIVRE

    Floride, années 60 : Elwood est une jeune noir doué pour les études, idéaliste, nourri aux discours du révérend King. Il obtient, par son seul mérite et parfois contre sa propre communauté, le droit de faire des études supérieures.
    Et puis le destin s'en mêle. Incident, enquête et procès bâclés, avocat véreux : il se retrouve à Nickel, une maison de redressement où il va toucher du doigt toutes les horreurs du système pénitentiaire américain.
    Avec son ami Turner, plus réaliste et pragmatique, ils vont tenter de tenir, mais personne ne sort indemne de nickel....
    Colson Whitehead continue de sonder le cancer ségrégationniste dont souffre la société américaine. Sens de la narration; style aussi imparable qu'un coup de fouet, et réalisme qui vous tord l'estomac.
    UN TRES GRAND LIVRE !!

    Jean-Loup - Libraire


  • par (Libraire)
    13 septembre 2020

    L'Amérique malade de ses maux

    "Nickel Boys" était très attendu, vu le succès d'"Underground Railroad". Colson Whitehead récidive ici avec brio et accomplit le tour de force de remporter un deuxième Prix Pulitzer d'affilée avec ce texte comme un uppercut. Nous sommes dans les années 1960 en Floride. La ségrégation fait rage malgré les efforts notamment du révérend King et le Sud est gangréné par un racisme séculaire. Le jeune protagoniste de ce roman est noir et s'apprête à aller à l'université. Au terme d'une erreur judiciaire, il est envoyé dans la maison de redressement de Nickel. Débute alors une longue descente aux enfers où sa force morale est la seule chose nécessaire pour engager la lutte face aux bourreaux. L'amitié aussi est présente dans ce livre à la prose épurée, sans concession. Oui, mais à qui faire confiance quand on sait que la moindre action est scrutée, analysée par des bêtes fauves en puissance ?

    Inspirée d'une histoire vraie sordide et tragique à la fois, "Nickel Boys" renvoie les Etats-Unis à leurs vieux démons séparatistes. Ce livre n'en a que plus de force et de vérité. A l'heure des "Black Lives matter", il est urgent de lire ou de relire cet écrivain engagé...


  • par (Libraire)
    11 septembre 2020

    Après "Underground Railroas", Colson Whitehead nous parle à nouveau ségrégation et violences raciales dans les années 60.
    Inspiré de faits réels, ce roman raconte l'histoire d'Elwood, envoyé en maison de correction pour s'être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.
    A la Nickel Academy, les coups pleuvent parfois sans raison, des élèves disparaissent mystérieusement, des vies se brisent pour toujours.
    C'est la découverte, des décennies plus tard, de plus de 30 corps d'enfants qui va lever le voile sur ce terrible épisode des Etats-Unis.
    Colson Whitehead signe là un roman fort, bouleversant, à lire absolument.


  • 10 septembre 2020

    Une première fois récipiendaire en 2017 du Prix Pulitzer pour « Underground Railroad », le journaliste et écrivain américain Colson Whitehead se voit récompenser une seconde fois par ce prestigieux prix pour son nouveau roman Nickel boys, rejoignant ainsi William Faulker et John Updike. Colson Whitehead déroule ici l’histoire d’Elwood, jeune noir américain élevé en Floride par sa grand-mère dans la droiture et le sérieux, bercé par les discours du Révérend King et promis à un brillant avenir. Mais la société américaine des années 60 en décide autrement et suite à un malentendu, Elwood se retrouve à la Nickel Academy, maison de correction déguisée en école, officiellement chargée de remettre les jeunes en difficulté sur les rails, la voie de l’honnête homme. Là où la raison du plus fort est toujours la meilleure, Elwood subira les humiliations de la ségrégation, endurera la violence d’un milieu carcéral où certains élèves disparaissent mystérieusement après une séance de « redressement » à la « Maison blanche », où sa peau et son âme garderont à jamais le souvenir nauséabond des lacérations du fouet. Quel chemin emprunter dans cet horizon bouché : l’avilissement, la fuite, la révolte ? Existe-t-il une infime possibilité de reconstruction pour l’enfant broyé par les griffes du diable une fois la « liberté » retrouvée ? Seule l’amitié avec Turner, un Nickel boy comme Elwood, apportera un peu de lumière à cet enfer quotidien. S’inspirant de faits réels, d’établissements de cet acabit ayant réellement existé, Colson Whitehead donne une nouvelle fois une résonance particulière à l’actualité brûlante des Etats-Unis. Dans ce récit bouleversant, singulier dans sa construction, dont le dénouement est aussi original qu’inattendu, affleurent à chaque page les paroles qu’on espérerait obsolètes de Martin Luther King « J'ai le rêve qu'un jour mes quatre enfants vivront dans une nation où ils ne seront pas jugés pour la couleur de leur peau, mais pour leur caractère ».


  • par (Libraire)
    10 septembre 2020

    Les États-Unis dans toute leur brutalité et leur incohérence...
    Magistral!


  • par (Libraire)
    1 septembre 2020

    Un roman incontournable

    Un roman bouleversant sur l’Amérique ségrégationniste des années 1960. un incontournable de cette rentrée littéraire.


  • 1 septembre 2020

    Un roman incontournable

    Un roman bouleversant sur l’Amérique ségrégationniste des années 1960. un incontournable de cette rentrée littéraire.


  • par (Libraire)
    1 septembre 2020

    Un roman incontournable

    Un roman bouleversant sur l’Amérique ségrégationniste des années 1960. un incontournable de cette rentrée littéraire.


  • Nickel Boys

    Orphelin noir dans l’Amérique des années 1960, ELWOOD CURTIS vit chez sa grand-mère à TALLAHASSE en Floride. Alors qu’il rêve d’entrer à l’université, il se retrouve, suite à une erreur judiciaire, à la Nickel Academy une maison de correction qui inflige des traitements inhumains à ses pensionnaires. En 2012 des fouilles révèlent des cadavres d’enfants enterrés dans des tombes anonymes et des rescapés témoignent. Continuant à s’inspirer de faits réels, l’auteur dénonce l’inguérissable blessure raciale de l’Amérique.


  • 27 août 2020

    En pleine Amérique ségrégationniste des années 1960, Elwood Curtis est un jeune noir qui écoute avec passion Martin Luther King et qui s'apprête à faire son entrée à l'université. Victime d'une erreur judiciaire, ses rêves d'avenir s'effondrent lorsque le juge l'envoie à la Nickel Academy, qui s'engage à transformer les délinquants en "hommes honnêtes et honorables".
    Sauf qu'Elwood découvre rapidement qu'il s'agit d'un lieu d'horreur, où les pensionnaires subissent les pires sévices…

    Colson Whitehead a remporté pour la seconde fois le prix Pullitzer avec ce roman, inspiré de faits réels, empli d'une puissance inouïe et saisissante !


  • 27 août 2020

    ségrégation

    J’ai suivi avec intérêt Elwood, jeune garçon noir à l’avenir prometteur, féru de lecture. Un garçon qui comprend rapidement qu’à la Nickel Academy règne la loi du blanc et du plus fort.

    J’ai aimé Jaimie, garçon mexicain à la peau claire qui fait des aller-retours entre les dortoirs des blancs et ceux des noirs en fonction de l’intensité du bronzage de sa peau.

    J’ai aimé Turner, garçon débrouillard et qui comprend vite.

    La fin m’a laissé stupéfaite, mais pouvait-il en être autrement ?

    Une citation :

    Il pensa aussi à Archimède, une des premières découvertes encyclopédiques. La violence est le seul levier qui soit assez puissant pour faire avancer le monde.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du jeune Elwood faisant des concours d’essuyage de vaisselle dans les cuisines de l’hôtel où travaillait sa grand-mère, remportant une encyclopédie en plusieurs volumes dont seul le premier volume était imprimé.

    https://alexmotamots.fr/nickel-boys-colson-whitehead/


  • par (Libraire)
    26 août 2020

    Édifiant !

    Après Underground Railroad, Colson Whitehead a réussi une nouvelle fois à me bluffer par sa maîtrise des personnages et sa capacité à dénoncer les dérives de la société américaine.
    Son personnage se retrouve pendant plusieurs mois dans un camp de redressement qui s'avère être une prison où l'ignominie et le racisme règnent en maître.
    Inspiré de faits réels.


  • par (Libraire)
    21 août 2020

    Elwood Curtis a un avenir brillant devant lui et doit partir à l’université à la rentrée. Malheureusement, il se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment. Et dans l’Amérique des années 60, ce jeune homme noir est directement envoyé dans un centre de correction pour mineur : la Nickel Academy. Son quotidien vire au cauchemar et Elwood voit ses rêves piétinés. Un roman touchant et puissant sur l’injustice face à la couleur de peau. Cet ouvrage a déjà eu le Prix Pulitzer aux Etats-Unis !

    Lisa, libraire Fréjus


  • par (Libraire)
    20 août 2020

    Percutant !

    Colson Whitehead - aux deux prix Pulitzer ! - s'inspire d'un fait réel terrible : l'histoire d'une maison de correction, théâtre de traitements inhumains ayant conduit à la mort de plus de trente enfants, tout au long du XXe siècle, dont les corps ne furent découverts qu'en 2013...

    Une plongée bouleversante dans une Floride raciste et ségrégationniste, sur fond de lutte pour les droits civiques.


  • par (Libraire)
    14 août 2020

    LE coup de cœur étranger d'Evelyne pour cette rentrée !

    Dans les années 50 aux Etats-Unis, Elwood est un jeune noir très prometteur, en route pour la première université noire du pays ! Mais en chemin, il se retrouve en taule sans qu'on en comprenne bien les raisons... Dans ce établissement scolaire pénitentiaire pour les jeunes délinquants blancs et noirs, le traitement n'est pas le même selon votre couleur de peau. Si vous êtes noir, bienvenu dans une zone de non-droit où votre vie ne tient à rien...
    Un roman très fort qui raconte le saccage d'une vie ! Un très grand livre qui éclaire bien la crise actuelle aux Etats-Unis, et en Europe.
    Pour ceux qui découvrent cet auteur, vous pouvez aussi lire Underground Railroad (LGF)


  • par (Libraire)
    13 août 2020

    I have a dream

    J'avais déjà été bouleversée par Underground Railroad, je suis à nouveau conquise par Nickel Boys. Encore une autre variation autour du thème de la ségrégation et des traitements réservés aux Noirs aux Etats-Unis. Sous couvert d'une chronique de vie, l'auteur sème des petits cailloux qui sont autant d'injustices révoltantes, et nous enfoncent petit à petit dans des bois bien menaçants et horribles du racisme à tout les niveaux, de la corruption, et des conséquences fatales sur des âmes innocentes. Le livre se déroule en 1960, est-ce que tout a réellement changé aujourd'hui? Les événements des derniers mois montrent qu'on peut en douter et qu'il y a encore des luttes à mener, un long chemin à parcourir.


  • par (Libraire)
    4 août 2020

    "Jetez-nous en prison, nous continuerons à vous aimer... Mais ne vous y trompez pas, par notre capacité à souffrir nous vous aurons à l'usure, et un jour nous gagnerons notre liberté".

    Inspiré d'une histoire vraie, Nickel Boys relate l'effroyable quotidien d'adolescents pensionnaires d'une école disciplinaire dans la Floride ségrégationniste des années 60.

    Le jeune afro-américain Elwood Curtis, un garçon tranquille et brillant, est élevé par une grand-mère qui n'a de cesse de veiller à ce que son petit-fils ne s'écarte du droit chemin. Bercé par les paroles de Martin Luther King, Elwood l'idéaliste rêve de paix et de justice et aspire à étudier la littérature à l'université. Mais suite à une erreur judiciaire, il se retrouve enfermé dans l'enfer de Nickel où il va découvrir l'abominable machine à broyer des enfants prétendument récalcitrants.
    Violences physiques, humiliations et meurtres; sous couvert d'une discipline qui se voulait salvatrice, l'institution qui s'adonnait aux sévices les plus sadiques a brisé durant cent ans des milliers d'adolescents.

    Récompensé par le prix Pulitzer, le dernier livre de Colson Whitehead est évidemment dévastateur mais il est écrit néanmoins dans une prose posée, mesurée et comme dictée par une foi qui a dépassé la colère. Il fait partie incontestablement des romans importants de la rentrée côté étranger.

    À lire absolument.


  • par (Libraire)
    4 août 2020

    "Jetez-nous en prison, nous continuerons à vous aimer... Mais ne vous y trompez pas, par notre capacité à souffrir nous vous aurons à l'usure, et un jour nous gagnerons notre liberté".
    Inspiré d'une histoire vraie, Nickel Boys relate l'effroyable quotidien d'adolescents pensionnaires d'une école disciplinaire dans la Floride ségrégationniste des années 60.
    Le jeune afro-américain Elwood Curtis, premier de sa classe, est élévé par une grand-mère qui n'a de cesse de veiller à ce que son petit-fils ne s'écarte pas du droit chemin. Bercé par les paroles de Martin Luther King, Elwood l'idéaliste rêve de paix et de justice et aspire à étudier la littérature à l'université. Mais suite à une erreur judiciaire, il se retrouve enfermé dans l'enfer de Nickel où il va découvrir l'abominable machine à broyer des adolescents prétendument récalcitrants. Violences physiques, humiliations et meurtres; sous couvert d'une discipline qui se veut salvatrice, l'instition s'adonne aux sévices les plus sadiques et va briser durant cent ans des milliers d'adolecents.
    Recompensé par le prix Pulitzer, le dernier livre de Colson Whitehead est evidemment dévastateur mais il écrit néanmoins dans une prose posée, mesurée et comme au-delà de la colère. Il fait partie des romans importants de la rentrée côté étranger.
    A lire absolument


  • par (Libraire)
    26 juillet 2020

    Il y a des choses que l'on sait, mais que l'on n'imagine pas vraiment.

    Colson Whitehead illustre ici la difficulté de vie des personnes noires aux États-Unis des années 60, avec une plume parfois incisive qui renforce le réalisme et la cruauté de son récit.
    En outre, il met en scène des personnages marquants, qui nouent une relation forte malgré des caractères et philosophies de vie diamétralement opposés, nous permettant alors de nous attacher à eux.

    Lyne