Soif

Soif

Amélie Nothomb

Albin Michel

  • 18 octobre 2019

    Pour son 28ème roman, Amélie Nothomb ose explorer à la première personne, les états d'âme de Jésus.
    Impressionnant !
    Brigitte


  • par (Libraire)
    7 septembre 2019

    Un roman sur Jésus

    Un bel ouvrage d'Amélie Nothomb, un sujet hors du commun et c'est peu dire pour un texte à la hauteur !
    Nous parlons bien ici d'un roman bien sûr, dans lequel Jésus se confie à la première personne et dévoile les nuances de la condition et de l'âme humaine.


  • par (Libraire)
    7 septembre 2019

    Un roman sur Jésus

    Un bel ouvrage d'Amélie Nothomb, un sujet hors du commun et c'est peu dire pour un texte à la hauteur !
    Nous parlons bien ici d'un roman bien sûr, dans lequel Jésus se confie à la première personne et dévoile les nuances de la condition et de l'âme humaine.


  • par (Libraire)
    3 septembre 2019

    Dans son 28e roman, Amélie Nothomb fait Jésus raconter sa passion quelques heurs avant la mort de son corps sur la croix. Car l’écrivaine fait parler un Christ très incarné et le lecteur est de bout en bout dans la tête de Jésus, dans son corps, dans sa chair. Rien ne nous est épargné de sa souffrance, de la douleur physique, mentale et morale, de l’arrachement à la vie humaine et à l’amour de Madeleine, car "l’amour est une histoire et il faut un corps pour la raconter". Il nous fait part aussi des doutes qu’il éprouve envers son Père : "j’occupe en ce moment une place qui va obséder l’humanité pendant des millénaires. […] aucune crucifixion n’aura jamais pareil retentissement. Mon père m’a choisi pour ce rôle. C’est une erreur, une monstruosité."
    Amélie Nothomb use de sa liberté d’écrivaine pour raconter "son" Jésus en s’appuyant sur sa connaissance des textes évangéliques et en se fondant sur sa propre spiritualité. Elle n’hésite pas à attribuer au Nazaréen des propos qui, au plan théologique, sont pour le moins très audacieux ! Cependant, certaines de ses audaces peuvent retenir l’attention, j’ai choisi le moment où le Crucifié meurt : "Il m’est donné d’entrer dans l’autre monde sans rien quitter. C’est un départ sans séparation. Je ne suis pas arraché à Madeleine. J’emporte son amour là où tout débute. Mon ubiquité a enfin une signification : je suis à la fois dans mon corps et hors de lui. Je lui suis trop attaché pour ne pas laisser en lui une part de ma présence."
    Son texte a le mérite d’affirmer que la foi est une soif, un besoin, une recherche, qu’elle est irrationnelle : "Comment sait-on qu’on a la foi? C’est comme l’amour, on le sait. On n’a besoin d’aucune réflexion pour le déterminer" , "ce que vous ressentez quand vous crevez de soif, cultivez-le. Voilà l’élan mystique", "Et l’instant ineffable où l’assoiffé porte à ses lèvres un gobelet d’eau, c’est Dieu."
    À notre époque, Amélie Nothomb ne risque pas d’être lapidée en raison de ce son texte, lequel est bien en avant de tous les intégrismes et de tous les conservatismes. Elle a le mérite de renforcer son universalité , de montrer que les Évangiles ont ouverts à l’interprétation, de montrer que Jésus n’a jamais aimé la souffrance comme en témoignent ses miracles de guérison.
    Ce qu’a écrit Amélie Nothomb n’est pas facile, elle dit d’ailleurs être sortie épuisée de son écriture. Avec "Soif", elle a pris un risque et nous offre un de ses plus grands romans. En refermant le livre, on continuera à se demander si Jésus aurait pu penser ainsi ou si ce texte est seulement le ressenti très personnel de l’écrivaine...


  • 1 septembre 2019

    "Soif" d'Amélie Nothomb dessiné par Soledad

    ![](http://www.onlalu.com/wp-content/uploads/2019/08/Nothomb-soledad-
    159x192.jpg)

    **
    Amélie Nothomb vue par Soledad**

    [![](http://www.onlalu.com/wp-content/uploads/2019/08/Amlie-Nothomb-Soif-
    bis-1000-124x168.jpg)](javascript:ouvrir_image\('http://www.onlalu.com/wp-
    content/uploads/2019/08/Amlie-Nothomb-Soif-bis-1000.jpg',1000,1350\))

    **CLIQUEZ au moins UNE FOIS
    sur l'image ci-dessus pour l'agrandir
    et découvrir le résumé de Soledad**

    **[Retrouvez Soledad sur Instagram](https://www.instagram.com/soledadbravi)**

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • 24 août 2019

    Le corps du Christ

    Il s'agit d'un roman ! Inutile de s'attarder sur des invraisemblances historiques ou théologiques, le propos est tout autre. Mais il est profond.
    Le cœur de la foi chrétienne, ce qui la distingue de toutes les autres religions, ce qu'il y a de scandaleux, c'est l'Incarnation. Dieu s'est fait homme.
    Amélie Nothomb ose nous emmener jusqu'au bout de cette histoire d'un Dieu qui vit corporellement : il aime, il souffre, il a soif…
    Au XXIème siècle, Jésus reste un mystère que la romancière nous invite encore à sonder.


  • par (Libraire)
    22 août 2019

    À la hauteur de mes attentes !

    L'auteure belge tant attendue s'empare des dernières heures de la vie du Christ, dans un roman très personnel, rythmé par son sens de la formule. La Passion du Christ revisité avec talent.


  • par (Libraire)
    19 août 2019

    S'attaquer à la Passion du Christ et faire parler Jésus à la première personne : il n'y avait qu'Amélie Nothomb pour s'attaquer à un tel projet et, c'est très simple, nous touchons là à l'excellence. Voici un roman très audacieux, fou, d'une extrême intelligence où philosophie, finesse, réflexion côtoient le sublime !


  • par (Libraire)
    5 juillet 2019

    Amélie Nothomb dans toute sa splendeur

    Un roman d'Amélie Nothomb, c'est toujours une surprise. Ici encore, elle nous attrape et ne nous lache plus. Un grand cru, a coup sur ! Vraiment, foncez !