Les huit montagnes

Les huit montagnes

Paolo Cognetti

Stock

  • par (Libraire)
    28 mai 2018

    Coup de coeur du Passage Culturel

    Paolo Cognetti s'est réfugié depuis dix ans au fond d'une vallée perdue des Alpes Italiennes, "pour être libre" dit-il, "et pour écrire". Cette liberté, cette proximité avec la montagne, se ressent intensément dans son roman largement autobiographique Les huit montagnes.
    Il nous raconte son enfance à Milan, ses étés à Grana dans le petit chalet de montagne que ses parents avaient acheté, les longues randonnées avec son père, et surtout son amitié avec Bruno.
    Avec une grande puissance d'évocation, Paolo Cognetti nous plonge au cœur des Alpes et nous offre un roman d'une rare profondeur, qui vous marquera longtemps après l'avoir refermé. Gros coup de cœur !


  • par (Libraire)
    6 février 2018

    "Les Huit Montagnes" est un beau roman d’apprentissage, une histoire d’amitié, une histoire d’amour de la montagne.
    Pietro est un enfant de Milan qu’à l’été son père emmène à la montagne. Il y fait la connaissance de Bruno qui lui fait voir les bois, les torrents, la nature de la montagne. Ils se lient naturellement d’amitié. La mère de Pietro reste au chalet et noue quelques relations de voisinage. Son père, un solitaire, l’emmène en montagne, au-delà de la forêt, sur les glaciers, vers les refuges et les sommets malgré son mal des hauteurs. Parfois, il emmène aussi Bruno.
    Plus tard, après la mort de son père, Pietro revient, retrouve Bruno qui abandonne son métier de maçon pour s’installer avec Lara dans un alpage de moyenne montagne. Pietro mène sa vie ailleurs sans cesser de revenir dès qu’il le peut au village de Grana, de monter vite retrouver Bruno et de gravir les sommets environnants. Pietro a connu l’Himalaya où il réalise des documentaires pour des missions humanitaires, mais il reste attaché à cette montagne. C’est par fidélité envers la mémoire et de la vie de son père qu’il revient sans cesse à Grana.
    Paolo Cognetti signe un magnifique hommage à l’amitié qui lie deux enfants et qui, plus tard, révélera sa force indestructible. Il décrit simplement la relation complexe du fils avec un père taiseux et fou amoureux de sa montagne. Il dit avec combien on peut aimer la montagne et avoir le besoin de la retrouver. Il en décrit avec une grande justesse la beauté, le calme, la pudeur, le silence, la sauvagerie, la puissance. En Bruno, il montre la dignité du montagnard qui choisit de vivre dans la frugalité pour rester en montagne.
    Une montagne qui est, chez Cognetti, une nature indomptable, une philosophie, un univers de vie.


  • par (Libraire)
    11 décembre 2017

    A lire absolument !

    Un récit remarquable sur l'amitié et la filiation. Mais aussi une merveilleuse balade dans les Alpes Italiennes... Et jusque dans l'Himalaya, pour y découvrir le secret des 8 montagnes !


  • par (Libraire)
    8 décembre 2017

    Douceur et rugosité s’entremêlent, dans cette ode à la montagne tout en poésie, avec l'amitié pour pilier central...

    Laetitia.


  • par (Libraire)
    28 novembre 2017

    Un hymne à la montagne et à l’amitié.

    Ce premier roman célèbre à travers des souvenirs à la première personne la montagne et les montagnards. La montagne, c’est le Val d’Aoste, ce coin des Alpes où Pietro, petit Milanais et Bruno, un fils des alpages vacher vont se lier d’amitié. Chaque été, depuis 1984, les parents de Pietro louent une maison à Grana, ce coin perdu d’Italie. Chaque été, ils parcourent les sentiers à la recherche de la nature sauvage, de la liberté et de ce qui leur permettra de sortir de leur quotidien et de la grande ville industrielle. Pietro et Bruno, que tout sépare, sauf leurs 12 ans, vont se découvrir, se retrouver 20 ans plus tard et donner à ce roman-récit initiatique une puissance et une émotion qui parfois nous submerge. Amateurs de Jack London, de Marck Twain et de Rigoni-Stern, ce livre est pour vous !


  • par (Libraire)
    7 novembre 2017

    Les huit montagnes

    Pietro et Bruno se rencontrent alors qu’ils n’ont qu’une dizaine d’années. Pietro vient de Milan. Son père, randonneur passionné, tente de l’initier aux joies de la montagne. Chacun a son rythme, son altitude, ce qui, parfois, les éloigne. L’amitié entre Bruno et Pietro nait rapidement. Quelques semaines à vagabonder dans les alpages et les forêts scellent, pour de nombreuses années, le lien entre les garçons.

    Je ne dévoile pas plus l’histoire, bien que l’enjeu de ce roman ne soit pas dans les différents rebondissements que l’on pourrait y trouver. C’est une histoire de montagne (celle-ci étant presque un des personnages), d’hommes, d’amitié, de filiation. C’est un texte pudique aussi, où l’on ne fait pas étalage de ses émotions, ces dernières étant plutôt effleurées et les non dits lourds de sens. Amoureux de la nature, de la montagne, des hommes, foncez, ce texte est pour vous.


  • par (Libraire)
    1 novembre 2017

    Deux jeunes garçons, deux univers que tout oppose : Pietro a grandi dans l'effervescence de la grande ville, à Milan, Bruno dans la solitude et l'immensité de la montagne, au cœur du val d'Aoste, en Italie. Rien ne les prédestinait à se rencontrer, mais c'est à l'âge de 11 ans qu'ils se lient d'une amitié indéfectible, une amitié d'enfant, du genre de celles que les années ne peuvent altérer.
    Ce n'est pourtant que vingt ans plus tard qu'ils se retrouvent autour d'un projet fou : remettre ensemble sur pied une vieille bicoque en ruines, en pleine montagne, achetée par le père de Pietro peu avant sa mort. Cette figure paternelle, dont Pietro pensait s'être définitivement éloigné, hantera les pages de ce roman qui questionne la puissance de l'amour filial avec une grande justesse.
    La langue de Cognetti est simple et dénuée d'artifices, elle ne s'encombre pas de métaphores superflues : elle saisit par petites touches les nuances infinies qui composent l'immensité des montagnes. Au plus près de la nature, Cognetti parvient à nous toucher avec des mots simples et des sentiments sincères, ceux qui font la complexité et la richesse de l'âme humaine : l'amitié, la nostalgie, l'amour familial.
    L'écrivain nous prouve donc que les matériaux les plus simples composent parfois les œuvres les plus riches. Un très beau roman.


  • 25 septembre 2017

    Bruno et Pietro se sont connus au coeur du Val d'Aoste. Onze ans tous les deux lorsqu'ils se rencontrent, l'un vient de la ville et retrouve l'autre chaque été qui l'initie aux secrets des cimes. Pendant 30 ans leur amitié va s'élaborer, se déployer là, amitié façonnée par les randonnées, les découvertes, les projets et les silences partagés. Mais la montagne n'est pas qu'un paysage pour eux, c'est avant tout un art de vivre, une façon d'être au monde.

    Roman d'amitié certes, mais aussi d'initiation, de transmission et de filiation. Ces ""huit montagnes"" nous parlent finalement du sens de la vie.
    Un très beau roman hors du temps.


  • par (Libraire)
    21 septembre 2017

    Un superbe roman sur les relations père-fils, sur l'amitié mais aussi et surtout sur la nature et la montagne.
    Une véritable ode aux Alpes italiennes.

    Frédéric


  • par (Libraire)
    16 septembre 2017

    Amitié et Beauté

    Partir à l’assaut des montagnes Italiennes en espadrilles, tout en sirotant une boisson fraîche... c’est ce qui vous attend si vous suivez les sentiers tortueux d’une amitié éternelle, gravée sur la roche de Grana, dans le val d’Aoste.
    Sylvie Jeanne, lectrice.

    En voilà une belle balade ! Vous n’avez rien d’autre à faire qu’à vous installer confortablement dans votre hamac pour lire ce poétique roman. Dès les premières lignes vous êtes aspiré dans les pas d’un père et de son fils en pleine ascension d’une montagne, un sac sur le dos.

    « Avec lui, il était interdit de s’arrêter, interdit de se plaindre de la faim de la fatigue ou du froid… »

    A Milan, l’appartement qu’habitent le couple et leur fils est étouffant et bruyant en été, alors ils décident de louer une petite maison aux pieds des montagnes pour y passer leurs vacances.

    « Nous l’empruntâmes au mois de juillet, l’année 1984. Dans les prés ils faisaient les foins. Le vallon était plus vaste qu’il n’y paraissait vu d’en bas, tout n’était que bois côté ombre et cultures en terrasses au soleil… »

    La mère reste à lire, préférant les trois milles mètres de ses Dolomites aux sommets enneigés que le père, infatigable, grimpe avec allégresse, tandis que leur fils, Pietro, se lie d’amitié avec un jeune berger de 11 ans.

    « Le reste de juillet, il ne se passa pas un jour sans que nous nous voyions. Soit j’allais le trouver au pré, soit Bruno tirait un fil autour de son troupeau, le branchait à la batterie d’une voiture et débarquait dans notre cuisine… »

    L’amitié n’a pas besoin de beaucoup pour fleurir dans le cœur des enfants et perdurer avec les années.

    Une aventure alpestre aux paysages vertigineux, aux sentiments forts.


  • par (Libraire)
    24 août 2017

    Les huit montagnes

    Dans l'Italie des années 70, Pietro vit avec ses parents à Milan mais passe toutes ses vacances en montagne, dans la vallée d'Aoste. Pietro est enfant unique : il doit donc supporter seul les rêves de ses parents, notamment ceux de son père. Ce père, ingénieur, vivant à la ville par contrainte mais grand amoureux de la montagne, emmène Pietro dès son plus jeune âge dans d'interminables randonnées. Pietro développe peu à peu une aversion pour ces randonnées, puis ce père ; car il ne comprend pas encore la beauté de ces paysages et surtout l'acharnement paternel à escalader chaque petit bout de montagne.
    Au village cependant, Pietro fait la découverte de la fraternité grâce à son amitié avec le petit Bruno, enfant de bergers. Cette amitié lui permettra de voir la montagne autrement et un jour de renouer avec son père. Ce n'est qu'à la mort de ce dernier qu'il comprendra la passion dévorante du père : parce qu'il existe des événements qui donnent forme à votre vie sans que vous ayez connaissance de leur existence.
    Dans ce très beau roman sur la filiation et sur la fraternité, Paolo Cognetti déploie une écriture simple et poétique qui nous fait partager son amour de la montagne, des ascensions, des hommes qui l'habitent... Ce roman a reçu le prix Strega (le Goncourt italien) et mérite toute votre attention !


  • par (Libraire)
    22 août 2017

    Pietro , jeune garçon solitaire vit à Milan auprès de parents unis par un amour indéfectible pour la montagne . Cet amour , ils le partagent avec leur fils en allant passer l'été dans le village du Val d'Aoste ou ils se sont rencontrés et aimés . Chaque été , ce fils redécouvre un père , si différent de celui qu'il côtoie lorsqu'il est à Milan
    C'est aussi le lieu ou va se forger son amitié avec Bruno , garçon vacher qui l'initiera aux secrets de la montagne .
    L'auteur rend un vibrant hommage à la montagne et nous conte la relation tumultueuse d'un fils et de son père .
    Une belle découverte dans le paysage de cette rentrée littéraire .


  • par (Libraire)
    19 août 2017

    Dans l'Italie des années 1980, Pietro vit avec ses parents à Milan. Pendant les vacances, il passe les deux mois d'été avec sa mère dans un petit village du Val d'Aoste. Son père les y rejoint pendant 3 semaines et alors Pietro découvre en lui un autre homme. Le père taciturne de Milan devient enjoué, infatigable et surtout se rapproche de son fils pour lui transmettre sa passion de la randonnée en haute montagne. Pietro rencontre dans ce village Bruno, un jeune garçon de son âge qui, lui, vit toute l'année dans ces montagnes. Ils deviennent comme des frères et les années passant, leur amitié sera pour l'un comme pour l'autre un socle indéfectible.
    Paolo Cognetti, couronné en Italie par le prix Strega Giovani (équivalent du Goncourt des lycéens) nous offre un superbe roman sur les relations père fils, sur l'amitié mais aussi et surtout sur la nature et la montagne. C’est une véritable ode à ces Alpes italiennes déjà magnifiées par Mario Rigoni Stern et Erri de Luca. A l'évidence, Cognetti est leur digne successeur.
    Valérie