Chère cliente, Cher client, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre Drive Richer pour le retrait de vos commandes pour les articles disponibles en stock (point vert). Le retrait se fera à la porte de la librairie, 8 rue Chaperonnière, les mercredi et samedi de 10h00 à 12h00 . La marchandise vous sera remise dans le respect des gestes barrières.

Je me promets d'éclatantes revanches

Je me promets d'éclatantes revanches

Valentine Goby

L'Iconoclaste

  • par (Libraire)
    16 novembre 2017

    On aime !

    Vous n'avez jamais lu Charlotte Delbo, rescapée des camps d'Auschwitz et Ravensbrück ? Ce n'est pas grave ; accordez-vous cette découverte grâce au passionnant récit de Valentine Goby, ode à Charlotte Delbo et à la littérature !


  • par (Libraire)
    7 novembre 2017

    Portrait de Charlotte Delbo revenue de déportation pour raconter, témoigner pour elle et ses camarades déportées comme elle dans le convoi du 24 janvier 1943. Si vous ne connaissez pas cette femme admirable, Valentine Goby vous la présente magnifiquement et l’on ne peut refermer ce livre qu’avec une envie folle de lire Charlotte Delbo.
    Valérie


  • 19 septembre 2017

    écriture

    Je découvre avec ce texte Mme Charlotte Delbo, une femme engagée, déportée à Auschwitz puis Buchenwald. Son décès d’un cancer des poumons.

    J’ai aimé l’analyse de Valentine Goby sur l’écriture de Charlotte : non pas pour dire l’expérience des camps, mais comme un hymne à la vie. Une écriture poétique qui dit la faim, fait sentir la soif.

    Lecteurs, nous savons tout ce que nous apporte un texte littéraire fort ; l’auteure nous éclaire ici sur ce qu’apporte l’écriture en elle-même.

    Un texte fort, à part, un livre-hérisson. Une merveille de cette rentrée littéraire.

    Quelques citations :

    « Lire a été non une quête d’exotisme mais une entreprise d’excavation : la révélation de ce qui me relie intimement au monde ; me coule dans sa respiration ; me fait une semblable. » (p.41)

    « Je savais que j’oublierais puisque c’est oublier que continuer à respirer. » (p.64)

    « Là-bas, j’ai été sûre qu’une langue n’est pas ajustable à toute réalité. » (p.78)

    « je suis Charlotte Delbo, je suis vivante et j’aime ça. » (p.110)

    A propos des camps : « On ne revient pas meilleur. On n’est augmenté que d’effroi. La déportation est une perte sèche. » (p.158)

    http://alexmotamots.fr/je-me-promets-declatantes-victoires-valentine-goby/


  • par (Libraire)
    18 septembre 2017

    Ode à Charlotte Delbo.

    « Tout en elle respire la vie, la joie, la déportée semble être restée à Auschwitz et Ravensbrück : « Je me promets d’éclatantes revanches », écrit-elle à Louis Jouvet à peine libérée. »

    « Elle », c’est Charlotte Delbo, résistante pendant la seconde guerre mondiale, déportée dans les camps, qui en est sortie vivante et qui n’a eu de cesse d’écrire pour tenir à distance l’oubli qui guettait ces codétenues, mortes avant la libération. Dans ce texte inclassable mais à la puissance ô combien mémorable, Valentine Goby nous conte ses lectures de l’œuvre de Charlotte Delbo, elle nous embarque dans l’histoire de cette femme extraordinaire, que l’histoire à impitoyablement reléguée au second plan et dont le nom est bien trop méconnu… Parsemé de réflexions sur la déportation, la vie concentrationnaire, la littérature, l’art et l’écriture, cet ouvrage submerge, tel un raz-de-marée, il vous entraîne et vous chahute, et, surtout, vous marque profondément !
    « Elle dit à Chancel : « Je n’oublie pas et en même temps j’oublie. » Elle est le paradoxe de l’écriture qui avive et anesthésie, la vie et la mort concomitantes ; la vie triomphe à la fin »

    « Et comme l’amoureuse dont la langue ne tarit pas sur l’objet de son cœur, je voudrais par ce livre susciter, par contagion irrésistible, le désir de connaître Charlotte Delbo, et de l’aimer. » Valentine Goby.
    C’est une réussite, mais tellement plus encore… Un ouvrage bouleversant !