La beauté des jours

La beauté des jours

Claudie Gallay

Actes Sud

  • par (Libraire)
    21 mai 2018

    Vivre

    « La beauté des jours » est le portrait d’une femme Jeanne. Elle est mariée, elle est employée dans un bureau de poste dans une petite ville vers Lyon, elle a deux filles, des jumelles qui sont presque adultes, elles font leurs études à Lyon.
    Jeanne est une fille d’agriculteurs et comme ses parents elle est attachée à sa terre, aux animaux et à la beauté de la nature.
    Avec son mari, Rémy elle mène une vie calme, routinière. Mais dans l’ordinaire du quotidien, elle sait se procurer des petits plaisirs, elle surveille les habitués des trains qui passent au bout de son jardin, elle suit des inconnus dans la rue pour se donner des allures d’enquêtrices, elle fait des listes, elle a des rituels.
    Un jour, alors que le vent décroche un cadre du mur de son couloir, et que la photo de l’artiste Serbe Marina Abramovic en tombe, Jeanne se remémore comment au lycée un de ses professeurs l’a rendu totalement admiratrice de cette performeuse.
    A partir du moment où le cadre se brise libérant la photo, on a le sentiment que quelque chose se libère simultanément en Jeanne et que des chaines se brisent, même si elle est heureuse de sa vie calme et sans relief.
    Jeanne écrit des lettres à Marina Abramovic pour lui signifier mais surtout pour se mettre face à ce qu’elle lui montre de la vie. Comment l’art de Marina Abramovic qui l’a met en danger régulièrement lors de ses performances, va aussi changer la vie de Jeanne, rien de grave ni spectaculaire mais qui fera qu’elle va s’autoriser comme « des sorties de route » et en plus le hasard va remettre sur son chemin son amoureux de jeunesse.
    Jeanne se pose alors des questions, sa sensibilité de femme est perturbée, elle a une quarantaine d’années, Rémy son mari ne la regarde plus forcément avec un œil aussi amoureux, même s’il l’aime profondément. Ses filles sont grandes, ses parents vieillissent, le temps passe, le temps file. Jeanne veut vivre à 100%, elle ne veut pas perdre une miette de bonheur.
    Jeanne, c’est nous ! En Jeanne, on peut tous se retrouver. L’envie de vivre à fond, de ne pas laisser nos parents vieillirent sans leur dire qu’on les aime. Regarder chaque seconde de vie comme un don et en profiter au maximum. Voilà ce que nous dit ce roman.


  • par (Libraire)
    28 février 2018

    Un roman qui fait du bien

    Jeanne mène une vie paisible, rythmés par son doux quotidien. Mais Jeanne aime aussi les surprises que la vie lui apporte… Claudie Gallay signe là un roman tendre qui fait du bien.

    Anne.


  • par (Libraire)
    30 octobre 2017

    "La beauté des jours", voilà un titre déjà révélateur d'une apologie de la routine et d'une certaine douceur de vivre...
    Au cœur de son quotidien et des joies simples qui le constituent, Jeanne est très heureuse et épanouie auprès des siens. Mais alors une bête histoire de cadre qui tombe, se casse et laisse un trou dans le mur, l'entraîne vers des considérations bien plus grandes. Elle s'interroge sur son passé, sur son histoire familiale et sa perception de la vie. Par ces questionnements, elle tente d'intégrer de l'inattendu à cette monotonie presque touchante : elle se passionne pour Marina Abramovic, artiste serbe aux performances fascinantes, suit des inconnus dans la rue... Jeanne cherche à remettre en question son existence, mais à quoi bon, si l'on est déjà heureux ?
    "La beauté des jours" est une ode à la simplicité, à la routine et Claudie Gallay nous montre son talent pour décrire des personnages attachants avec une écriture délicate et touchante.


  • 29 octobre 2017

    art, famille

    Jeanne est une mère de famille tranquille : un mari aimant, deux jumelles épanouies, un macaron nouveau chaque mardi. Un travail réglé comme du papier à musique et une nièce Zoé pleine de surprises.
    C’est ce qui manque dans la vie de Jeanne : de la surprise. Si cette vie bien réglée l’apaise, on sent les tensions intérieures : le frère aîné mort-né dont on ne parle pas, un amour de jeunesse qui ressurgit et une passion pour l’artiste performeuse de l’extrême Marina Abramovic.
    J’ai aimé le rapport à l’artiste qu’entretient Jeanne : elle lui écrit, n’obtient jamais de réponse.
    J’ai aimé l’amour inconditionnel du mari de Jeanne, toujours présent, toujours confiant. Même si il ne comprend pas la lubie de sa femme, il est un roc à ses côtés.
    J’ai aimé Jeanne dans ses petits gestes : la taille des rosiers, le macaron, son regard sur les mains de ses clients, son défi d’oblitération avec son collègue.
    Même si l’artiste Marina Abramovic est une personnalité forte, je n’adhère pas à ses performances, mais je comprends pourquoi Jeanne en est fasciné.
    Un beau roman qui parle de la vie de tous les jours, jamais aussi monotone qu’on le croirai, et du rapport à l’art que chacun de nous entretient.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des bottes de pluie de Zoé, parfois pleine d’eau à l’intérieur.

    http://alexmotamots.fr/la-beaute-des-jours-claudie-gallay/


  • 26 octobre 2017

    Conseillé par Frédérique

    Jeanne est une femme d'habitude. Elle vit dans une petite ville de Province, au bord de la voie ferrée, avec Rémy son époux depuis 20 ans. Leurs filles jumelles étudiantes reviennent tous les week-ends à la maison, et chaque dimanche Jeanne monte à la ferme chez ses parents. Tous les soirs, Jeanne regarde le 18h01 passer, ainsi que le train d'après. Et le matin avant de partir, le 8h05. Tous les mardis sans exception, Rémy lui ramène un macaron. Et tous les étés, ils partent à Dunkerque avec les mêmes amis.

    Le grain de sable qui s'immisce dans cette vie bien rangée, c'est Marina Abramovic, performeuse qui a fasciné Jeanne à l'adolescence et dont elle retrouve une photo. Transcendée et fascinée par ses performances, utilisant son corps, sa vie et ses expériences pour exprimer le monde, Jeanne est au point d’équilibre de sa vie. On a toujours l'espace de faire des choix, vers quoi ira t-elle ? « Elle s'efforcerait de faire de chaque jour une vie entière et de chaque heure un jour »

    On retrouve l'écriture délicate et attentionnée de Claudie Gallay, attentive aux êtres et aux choses, à la poésie du quotidien.


  • 24 octobre 2017

    Prenons le temps de contempler la beauté de chaque jour.

    Voilà un livre qui confirme (je n'en doutais pas!) que j'aime vraiment beaucoup la plume de Claudie Gallay.
    Avec un petit côté "Sur la route de Madison", on assiste au réveil de Jeanne, grâce à sa rencontre avec les œuvres de l'artiste Marina Abramović, mais aussi grâce à un homme retrouvé.
    Par petites touches, les lignes bougent peu à peu, et le cadre autour de chacun s'élargit doucement, sans explosion.
    Et si tout simplement on changeait notre place à la table familiale?
    Et si l'on osait dire clairement les choses?
    Elle n'est d'ailleurs pas la seule à évoluer, autour d'elle, une très belle galerie de personnages, famille, amie, qui nous renvoient à des tas de petits riens du quotidien, ces petites choses si belles, si tendres, ou si cruelles aussi parfois pour qui sait les saisir et les comprendre. La figure du père, l'ombre du fils, la grand-mère, la meilleure amie aussi, des personnages marquants.

    Il y a de la douceur, de la tendresse, beaucoup de sensibilité, mais il y a aussi des chocs qui font réfléchir...
    À lire, et à méditer...


  • 4 septembre 2017

    Découverte Française

    " L'écriture de Gallay est très belle, délicate, aérienne, vaporeuse. Même un fait banal est exprimé avec beaucoup de grâce et d'émotion; ses phrases sont courtes, simple, sans fioritures.
    La solitude infinie des êtres qui s'en dégage est exprimée avec une grande douceur au point qu'elle en efface la tristesse. Elle touche au plus intime de notre être, notre monde intérieur. C'est tout simplement magique!"


  • 22 août 2017

    Dans sa petite ville de l'Isère, Jeanne, 43 ans, mène une vie tranquille et rangée : un pavillon avec jardin, un gentil mari qu'elle a épousé très jeune, des jumelles parties faire leurs études à Lyon, un travail au bureau de poste, une voisine meilleure amie pour échanger confidences et fous rires. Jeanne aime cette vie pétrie d'habitudes, de la piscine du lundi au repas dominical chez ses parents à la ferme. Pourtant, derrière une façade faussement lisse, Jeanne aime glisser un peu de fantaisie dans sa routine. Parfois, elle suit un inconnu dans la rue, juste pour le plaisir de se glisser dans les pas d'un autre. Et par-dessus tout, elle admire l'artiste serbe Marina Abramović, une performeuse qui sans cesse repousse les frontières de ses peurs, de son corps, de son mental. A travers elle, Jeanne interroge ses propres peurs, ses désirs, son goût du risque. Quand, par hasard, elle retrouve un amour de jeunesse, la femme tranquille ose sa propre performance...

    Dans La beauté des jours, il y a d'abord le style Gallay, fait de phrases courtes et de descriptions minutieuses et détaillées des faits et gestes des personnages. Ici, il contribue à nous plonger dans la simplicité de ce quotidien que certains pourront qualifier d'étriqué, cette vie provinciale, routinière et sans surprises que mène cette femme d'habitudes. Mais il sait aussi souligner la beauté que l'on trouve en toute chose pour peu qu'on prenne la peine de la regarder. A travers le portrait d'une femme simple et heureuse, Claudie Gallay raconte le bonheur au quotidien qui accepte ce qu'elle a comme une chance mais qui ne reste pas béate. Elle sait aussi s'évader, surtout à travers son admiration sans bornes pour cette artiste serbe qu'elle suit depuis longtemps. C'est l'art dans ce qu'il a de plus absolu qui s'invite ici dans sa vie, lui rappelant que le beau, l'inutile et les expériences extrêmes existent et font du bien. Autour de Jeanne, à la fois transparente et secrète, gravitent des personnages très réussis, de la meilleure copine abandonnée par son compagnon au père fermier aigri de n'avoir eu que des filles, elles-mêmes mères de filles, personne pour reprendre la ferme, en passant par la grand-mère philosophe ou Remy, le mari, trop prévisible peut-être, mais toujours tendrement amoureux.
    Roman du temps qui passe, du bonheur ordinaire, de la vie qui s'écoule sans heurts, des petits riens qui font du bien, de la '''beauté des choses'', de l'art aussi, cette lecture raconte des gens normaux, des petites vies simples mais pas simplettes. Un personnage féminin lumineux, un roman superbe et une Claudie Gallay fidèle à elle-même mais qui ne déçoit pas.


  • par (Libraire)
    17 août 2017

    Joli roman!

    Un très beau nouveau roman de Claudie Gallay!
    Jeanne installée dans une vie agréable et qui lui plait voit s'inviter l'inattendu et tout est bouleversé.
    Une écriture douce et fluide qui nous emmène à la suite de Jeanne et des personnes qui gravitent autour d'elle!